Archives de catégorie Projet maison

ParSylvie Gamel

Parlons des avantages de louer un échafaudage

Les travaux de construction et denovation en hauteur nécessitent généralement l’utilisation d’un échafaudage. Les échafaudages sont des structures squelettiques entourant un ou plusieurs côtés d’un bâtiment. Ils facilitent l’accès aux différents étages. Actuellement, certaines sociétés proposent de louer des échafaudages clé en main. Mais quels sont véritablement les avantages de la location pour réaliser un chantier ? Vous saurez tout en lisant cet article.

Les différents types d’échafaudages

Il existe deux grands types d’échafaudages :

– les échafaudages mobiles

Ce sont des échafaudages munis de roues. Les échafaudages mobiles sont les échafaudages à roue, pliant et pour escalier.

– les échafaudages fixes

Ils sont fixés au sol par leurs pieds. On distingue deux sortes d’échafaudages fixes : les échafaudages suspendus et les échafaudages sur-mesure.

Les points à vérifier avant de choisir un échafaudage

Avant de choisir un échafaudage, vous devez commencer par mesurer les dimensions du bâtiment ou de votre chantier. Pour cela, utilisez un ruban à mesurer et calculez la surface totale sur laquelle l’échafaudage devra être placé. N’oubliez pas de prendre en compte les angles du bâtiment. Prévoyez également une certaine distance d’environ 1 à 2 mètres sur chaque côté du bâtiment.

Vous devez aussi mesurer la hauteur à laquelle l’échafaudage doit monter.

Pour être sur de vos mesures, n’hésitez pas à demander de l’aide auprès d’un architecte.

Les avantages de louer un échafaudage

En choisissant la location d’échafaudages, vous pourrez profiter d’un coût moins élevé que lors d’un achat. Toutefois, la location doit s’appliquer aux emplois à court terme comme la rénovation de bâtiment, la réalisation de travaux de peinture, la réparation de fissures, le remplacement de fenêtres, la plomberie extérieure, etc.

Vous n’aurez pas non plus à vous soucier de l’endroit où vous stockerez votre échafaudage une fois le chantier terminé.

Les étapes à suivre pour une location d’échafaudages

Avant de louer un échafaudage, n’oubliez pas de comparer les prix de plusieurs services de location. Vous pouvez en trouver de très bon sur internet.

Demandez le prix de la location par unité, puis comparez-le à vos mesures (la longueur, la largeur et la hauteur dont vous avez besoin).

Vous devez également prendre en compte la durée de votre chantier. Si la durée est importante, il peut y avoir un rabais ou une offre spéciale. Assurez-vous, en outre de connaître tous les frais de retard ou cachets applicables si votre projet doit être prolongé.

Louer chez un professionnel

Certains professionnels du bâtiment disposent de nombreux échafauds prêts à l’emploi. C’est le cas de l’entreprise MCM Échafaudage. Elle possède de nombreux modèles d’échafaudages tels que les structures pour façade fixe, multidirectionnelles, etc.

Ses échafaudages sont conformes aux normes françaises. De plus, son équipe peut se charger du montage et du démontage une fois votre chantier abouti. N’hésitez pas à la contacter et à bénéficier de ses expériences.

Réglementation concernant l’utilisation des échafaudages

Les travaux réalisés sur des échafaudages sont généralement des travaux en hauteur. Voilà pourquoi, le montage et le démontage d’un échafaudage sont très réglementés.

Ces équipements ne doivent être montés ou démontés que sous la direction d’une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et spécifique. De plus, la notice de fabrication et le plan du montage ou du démontage ainsi que toutes les instructions d’utilisation doivent toujours être à portée de main.

Le propriétaire du chantier doit penser à des protections anti-chutes pour les ouvriers, comme l’installation de gardes-corps et le port de casques de protection.

De plus, pour plus de sécurité, un périmètre de 10 mètres autour de la zone du chantier doit être délimité et converti en accès non-autorisé.

ParSylvie Gamel

Recrutement bâtiment : comment être sûr d’avoir le bon candidat ?

Que ce soit pour un projet professionnel ou personnel, c’est toujours un casse-tête de trouver le bon candidat pour s’occuper de la réalisation de son bâtiment. En effet, le secteur n’a pas bonne réputation ces dernières décennies avec toutes les malfaçons et les vices cachés dans certaines constructions. Le plus triste dans cette histoire c’est qu’aucun acteur de ce secteur n’est épargné. Entrepreneurs, artisans et ouvriers ont connus leur lot de malhonnêteté. À croire qu’il ne reste plus un seul professionnel du métier digne de confiance. Voilà quelques astuces pour vous permettre de fixer un choix que vous ne risquerez pas de regretter.

Vérifier les avis et appels à témoin sur le Net

Bien que les avis soient de plus en plus controversés présentement à cause de ceux qui sont payés pour dire du bien d’un tel ou tel enseigne, ils n’en ont pas pour autant perdu toute sa vertu. Cela dit, il faut savoir différencier le vrai du faux, c’est-à-dire distinguer les avis sincères d’un client satisfait d’un internaute payé pour vendre la prouesse d’une entreprise. C’est assez facile d’y arriver parce que ces derniers ont tendance à tomber dans des louanges de styles dithyrambiques. Alors que les premiers pourront donner des précisions sur le projet pour lequel ils sont satisfaits de la prestation de l’entreprise en question.

D’autre part, vous pouvez aussi vérifier s’il n’y a pas d’appel à témoin pour l’entreprise qui figure parmi la liste de votre choix possible. Il y a beaucoup de cas comme ça sur la toile, que ce soit dans les forums ou sur les réseaux sociaux. Vous pouvez alors lire les commentaires des gens concernés par les malfaçons ou autres problèmes de construction perpétrés par les artisans ou entrepreneurs dont le sujet parle. Vous pouvez même aller plus loin en discutant directement avec ses « victimes » pour s’assurer s’il s’agit d’un cas isolé ou bien c’est vraiment la manière de faire de ces prestataires. C’est sûr qu’après cette démarche vous aurez une idée précise sur la qualité de service d’une entreprise de bâtiment donnée.

Confier son recrutement à un cabinet spécialisé

Faire le tour du Net pour en savoir plus sur des professionnels du bâtiment marche bien pour un projet de construction individuelle ou personnelle, mais dans le cadre d’un projet professionnel il y a d’autre façon de faire. Pour un contrat qui ira au-delà d’une seule construction de bâtiment, vous ferez mieux de confier le recrutement bâtiment à un cabinet spécialisé dans ce secteur. L’intervenant doit bien être spécialisé, car il ne faut pas confier ce recrutement à n’importe quel cabinet. Il faut quelqu’un qui connait bien le métier pour mieux juger de la compétence de l’individu ou de l’entreprise. Cela va bien au-delà d’une simple connaissance en ressource humaine.

Des cabinets comme INTERIM TK font figure de référence pour ce qui est du recrutement BTP à Nantes depuis plus de 20 ans. C’est le genre de cabinet qui sait vous offrir du personnel qualifié, le placer et même faire son suivi si vous en avez besoin. Ainsi, vous serez épargné de toutes déceptions, car le suivi permet de corriger certaines choses qui ne seront pas encore en ordre ou qui ne suivent pas les normes. À défaut, le cabinet peut se débarrasser des récidivistes s’il y en a encore à ce niveau. Mais au cas où cela arriverait, les dégâts et les impacts négatifs ne seront que minimes puisque le suivi mis en place par le cabinet permet de corriger en temps et en heure tout ce qui ne va pas. Ainsi, vous avez l’assurance que vos démarches de recrutements seront réalisées dans les meilleures conditions.

ParSylvie Gamel

Le diagnostic immobilier, pour des transactions plus sûres

On retrouve souvent le terme « diagnostic immobilier »  dans le cadre d’une vente ou d’une location d’un bâtiment : maison individuelle, appartement, logement en copropriété, commerce, etc. Réaliser un diagnostic immobilier, c’est permettre aux futurs acquéreurs ou locataires de connaître certains aspects du bâtiment. En quoi consiste réellement le diagnostic immobilier ? Quels sont les points à prendre en compte ? Le diagnostic immobilier, est-ce obligatoire ? Qui est le professionnel à contacter pour réaliser le diagnostic ? Nous allons nous pencher sur ces questions.

Quel est le rôle du diagnostic immobilier ?

Le diagnostic immobilier constitue un état des lieux des caractéristiques générales d’un bâtiment et des installations présentes. Au-delà d’un simple inventaire, le diagnostic vise à détecter certaines anomalies concernant les configurations du bien immobilier. Il est à préciser que l’opération est à la charge du propriétaire. En effet, le diagnostic aboutit à un bilan de l’état du bien. Une fois sa mission achevée, le diagnostiqueur devra transmettre au propriétaire le Dossier de Diagnostic Technique ou DDT relatant son investigation. En France, le propriétaire doit remettre ce fichier à l’acheteur ou au locataire, au plus tard le jour de la signature de l’acte de vente ou de location. Une fois que le vendeur a remis le dossier, ce dernier est exonéré de la garantie des vices cachés. Le diagnostic immobilier éteint donc toute action en annulation du contrat, de vente ou de location, fondée sur les défauts d’un bien.

Quels sont les points à prendre en compte lors du diagnostic ? Tous les diagnostics sont-ils obligatoires ?

Le diagnostic immobilier se focalise sur des critères bien précis.

Cette étude vise à connaître le niveau de consommation et la quantité de gaz à effet de serre émise par le bâtiment. Dans le cadre d’un contrat de vente ou de location immobilière, le DPE est obligatoire.

  • Le diagnostic gaz

Ce dernier porte sur le contrôle des installations de gaz existantes depuis plus de 15 ans. Le but du diagnostic est de déceler d’éventuelles fuites de gaz dans la propriété.

  • Le diagnostic électricité

Il s’agit d’un contrôle de conformité des installations électriques réalisées depuis plus de 15 ans.

  • Le diagnostic plomb

Pour les bâtiments construits avant le 1er Janvier 1949, le diagnostic est obligatoire, qu’il s’agisse d’une vente ou d’une location. En effet, une forte concentration de plomb dans la maison présente un réel risque pour la santé. C’est pourquoi, les futurs acquéreurs et locataires ont le droit d’obtenir des informations à ce sujet.

  • Le diagnostic amiante

Obligatoire pour les immeubles bâtis avant 1997, ce diagnostic permet d’informer les acheteurs ou locataires concernant la présence d’amiante dans la maison.

  • Le diagnostic assainissement individuel

Ce type de diagnostic concerne uniquement les bâtiments non raccordés au système d’assainissement collectif. Le contrôle porte sur la conformité aux normes du système d’épuration individuelle.

  • Le diagnostic termites

Seuls les immeubles situés sur une zone exposée aux termites sont soumis à ce genre de contrôle.

  • Le diagnostic risques naturels et technologiques ou ERNT

Il s’agit d’un ensemble d’étude visant à informer l’acheteur ou le locataire des risques de danger (catastrophes naturelles et/ou activités industrielles dangereuses) du fait de la situation géographique du bien. Ce diagnostic peut être réalisé par le propriétaire en remplissant un formulaire bien précis.

  • Le diagnostic Loi Carrez

S’agissant de la vente ou de la location d’un logement en copropriété, ce diagnostic permet de calculer et d’authentifier la surface réelle de l’habitat.

Qui faire appel pour réaliser les diagnostics ?

Étant donné le rôle capital du DDT, au niveau de la sécurité des occupants de la maison et du contrat, les diagnostics doivent être effectués par des professionnels accrédités. Pour ce faire, DIAGNOSTIC IMMMOBILIER 28, dispose des certifications et accréditations requises pour effectuer l’ensemble des diagnostics (énergétique, thermograhie, amiante, plomb, gaz, électricité). L’entreprise intervient à Senonches et ses environs.

 

 

ParSylvie Gamel

Les travaux de terrassement, indispensables pour tout projet de construction

Avant de se lancer dans la construction d’une maison, il est primordial de terrasser le terrain. Cette opération consiste à enlever les roches, l’argile et le verre se trouvant dans le sol. D’une manière générale, les travaux de terrassement visent à débarrasser le terrain des débris qui pourraient gêner le coulage des fondations du bâtiment.

Pourquoi le terrassement est-il incontournable ?

Le fait de terrasser le sol reste le meilleur moyen pour avoir une maison stable. En l’absence de cette intervention, le terrain risque de s’effondrer. Les travaux de terrassement diminuent aussi le risque de glissement ou de tassement du sol. C’est pour ces précédentes raisons qu’il est préférable de ne pas négliger cette étape.
Il est difficile, voire impossible, de parler de terrassement sans évoquer les termes : « remblai » et « déblai ». La première opération consiste à rajouter de la terre pour mettre le terrain au même niveau. Par contre, la seconde vise à creuser le sol à des endroits précis afin d’y couler les fondations de la maison. C’est pourquoi « le déblai » est également connu sous l’appellation de « l’étape des fouilles ».

Comment se déroule le terrassement ?

Pour réaliser correctement des travaux de terrassement à Montélimar, il ne suffit pas de remblayer et de déblayer. Effectivement, il faut aussi passer le piquetage, l’évacuation des eaux, le décaissement et le remblaiement.
Le piquetage : Il s’agit d’une opération qui a pour but la mise en place des piquets afin de délimiter la zone constructible. Cette dernière ne doit en aucun cas dépasser les limites de la propriété. Le piquetage reste aussi le meilleur moyen pour repérer et conserver les installations existantes comme les canalisations.
L’évacuation des eaux : Cette étape est cruciale pour protéger le sol contre l’humidité et les effondrements pendant la saison pluviale. Pour évacuer les eaux, il faut creuser un sillon, à l’intérieur duquel s’écouleront les eaux de pluie. Cette phase inclut également la mise en place des canalisations.
Le décaissement : Lors de cette troisième phase, on se focalisera uniquement sur les fouilles. Le décaissement consiste à creuser la terre jusqu’à ce que vous ayez une couche suffisamment solide pour supporter les fondations.
Le remblaiement : C’est la dernière étape d’un chantier de terrassement. Cette opération vise à stabiliser le terrain. Pour ce faire, on utilisera certains matériaux pour boucher les trous dans le sol.
Pour parfaire les travaux de terrassement, il est recommandé de prendre contact avec les experts de la société COBAT BBC CONSTRUCTIONS.

Quel budget pour terrasser un terrain ?

Cette question est fréquemment posée par les propriétaires. Il est tout à fait logique de vouloir connaître le coût des travaux de terrassement avant de se lancer dans un projet de construction. Cependant, il n’existe aucune grille tarifaire universelle à ce sujet. Le prix de cette intervention dépendra de plusieurs paramètres. Tout d’abord, on distingue la nature du sol. Terrasser un terrain rocheux nécessitera l’utilisation d’engins spécifiques, ce qui coûtera plus cher. Ensuite, on retrouve la situation géographique de la propriété. Les tarifs peuvent aussi varier d’un artisan à un autre. Dans la majeure partie des cas, il faut prévoir un budget compris entre 25 € HT et 55 € HT par mètre cube.
En raison de l’importance des travaux de terrassement pour une construction, ils ne doivent en aucun cas être négligés. Par ailleurs, pour obtenir un résultat à la hauteur de vos attentes, il est crucial de confier cette intervention à des professionnels. Cela vous évitera les fissures au niveau des murs et optimisera la durée de vie de votre maison.

ParSylvie Gamel

Guide pour vos travaux de rénovation extérieure

Chaque propriétaire de maison doit le savoir : l’extérieur nécessite autant d’attention que l’intérieur. C’est normal, car l’extérieur de la maison reflète la personnalité et l’image de son propriétaire. Il existe une multitude de possibilités pour rehausser la valeur et l’esthétique de votre maison. Si certains travaux de rénovation extérieure ne sont pas urgents, d’autres sont indispensables, voire obligatoires pour la santé de la maison.

Les travaux de rénovation extérieure obligatoires :

L’extérieur d’une maison nécessite des travaux de rénovation ainsi qu’un entretien régulier pour qu’il reste toujours propre et esthétique. Alors, si vous ne souhaitez pas que votre maison ne se détériore, il faut penser à entreprendre les travaux suivants :

– Le ravalement de façade : la façade d’une maison, quel qu’en soit le style, reflète la personnalité de son propriétaire. Soumise aux agressions naturelles (pluie, soleil, vent, etc.), elle peut se détériorer avec le temps. C’est pourquoi, dans de nombreuses communes en France, un propriétaire est tenu de ravaler ses façades tous les 10 ans. En cas de non-respect de cette obligation, la mairie est contrainte d’envoyer au propriétaire de l’immeuble, ou au syndic (en cas de copropriété), une injonction à faire. Le propriétaire peut encourir des amendes pouvant aller jusqu’à 7000 euros si cela n’est pas toujours fait.

En résumé, le ravalement de façades est une opération qui consiste à améliorer l’apparence d’un bâtiment en traitant les fissures, les salissures et les dégradations qui apparaissent sur les murs extérieurs. Il permet ainsi d’apporter une plus-value à votre maison.

– La rénovation de toiture : la toiture tient un rôle très important pour la protection et l’esthétique d’une maison. Elle mérite ainsi une attention particulière pour assurer son étanchéité. Rénover la toiture, c’est également l’occasion de changer complètement son aspect visuel et d’augmenter la valeur marchande de votre habitat. Apparition des fuites ou tâches d’humidité sur le plafond, des fissures, effritement du toit (pour la couverture en béton), apparition de mousse ou de lichen sont autant de signes qui doivent vous alerter et vous obligent à rénover votre toit au plus vite possible.

Isolation de toiture : la meilleure solution pour pallier les problèmes d’étanchéité, de déperdition de chaleur et de bruit de pluie sur le toit et bien évidemment d’isolation. Il existe différents matériaux et techniques pouvant être utilisés pour avoir une toiture parfaitement isolée : la laine de bois, la laine de verre soufflée, la laine minérale, panneaux de verre cellulaire, panneaux de sous-toiture et bien plus encore. Pour isoler efficacement votre toiture, il vaut mieux faire appel à un professionnel habile qui pourra vous conseiller dans le choix de technique et des matériaux les plus adaptés.

Autres travaux de rénovation extérieure :

– Peinture des murs : l’apparence de votre maison joue sur la beauté de vos murs extérieurs. Peinture jaunie ou écaillée, mauvais état du support…sont des signes qui indiquent que vos murs extérieurs ont besoin de coups de pinceau. Rafraîchir les peintures extérieures n’est pas toujours aussi simple que l’on pourrait le croire. Comme il s’agit d’une surface extérieure, vous devez tenir compte de quelques facteurs : les conditions climatiques, l’état des surfaces et le choix de la peinture (teinte, qualité). Il vaut mieux ne pas peindre les murs extérieurs pendant les temps de brouillard ou de pluie. Si vous avez du temps, du savoir-faire et les outils nécessaires, vous pouvez faire vous-même les travaux. Dans le cas contraire, il est plus judicieux de solliciter un artisan peintre ou une entreprise de peinture pour les réaliser.

– Les volets : au même titre que les murs extérieurs, les volets contribuent également à la beauté de votre habitat. Il est donc essentiel de bien en prendre soin. Si vos volets font grise mine avec leur couleur blanche qui vire au jaune, pensez à les repeindre. Pour donner du pep et du charme à votre bâtiment, il est conseillé d’opter pour une couleur très vive comme le rouge vif, le jaune citron, le bleu turquoise ou encore le rouille.

– Le jardin : étant un lieu de vie à part entiere, le jardin doit être bien aménagé et surtout bien entretenu pour préserver sa beauté. L’idéal est de recourir au service d’un paysagiste professionnel pour entretenir et embellir votre espace vert en toute efficacité et avec des outils adaptés.

– Isolation thermique de murs par l’extérieur : pensez à optimiser le confort de votre maison en l’isolant par l’extérieur. En plus du confort thermique qu’elle offre, l’isolation par l’extérieur vous apporte plusieurs autres avantages : économies d’énergie, protection des murs contre l’inertie thermique (changement brutal de température), prévention contre les fissures, rehaussement de l’esthétique de votre maison, avantages fiscaux comme le Crédit d’Impôt Transition Énergétique… Cette technique d’isolation ne réduit pas la surface habitable et supprime les ponts thermiques (zones où l’isolation est rompue).

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour embellir et améliorer l’aspect extérieur de votre maison tout en améliorant le confort à l’intérieur.

ParFree

Comment bien construire une maison en bois

La maison en bois est de plus en plus populaire en France et dans le monde entier. La construction de maison en bois est, contrairement à celle de la maison traditionnelle faite en briques, plus rapide et facile. Mais il est toujours difficile de construire seul sans l’aide d’un professionnel.

Voici un texte qui va vous permettre de construire de manière efficace et rapide votre maison en bois

 

Définir vos attentes

Avant de vous lancer dans la construction de maison en bois, la première étape est de mettre en place une liste de toutes vos attentes concernant votre future habitation. Vous devez, par exemple, savoir si la maison vous servira de résidence principale ou secondaire.

Il est également important de prendre en compte du type de maison en bois que vous voulez construire. En effet, il existe de nombreux types de maison en bois et vous devez déterminer celui qui vous convient avant de vous lancer dans la construction.

Il est possible de construire une maison en bois moderne, personnalisée ou même rustique. La maison à ossature bois plateforme est la plus facile à bâtir. Si vous n’avez pas beaucoup de temps, vous pouvez choisir ce type de maison en bois.

Pour vous faciliter encore plus la tâche, vous pouvez faire appel à une entreprise spécialisée dans la vente de kit pour maison en bois et des matériaux pour la construction comme kontio.

Mettre en place un budget pour la construction

L’étape suivante pour bien construire sa maison est de mettre en place un budget prévisionnel. Le prix d’achat du terrain ainsi que le budget nécessaire pour la construction doivent être prisent en compte.

Cela compose notamment le prix de tous les matériaux, la main d’œuvre pour la fabrication de la maison, et d’autres dépenses importantes ainsi que les imprévus.

Déterminer l’emplacement de la maison

Lorsque vous aurez déterminé le budget nécessaire pour la construction, vous devez déterminer l’emplacement de votre maison en bois. Vous devez prendre en compte du fait que le terrain sur lequel vous devez bâtir votre maison est constructible et que votre future maison en bois est habitable.

Côté confort, vous pouvez choisir où votre maison doit se tourner pour disposer d’une belle vue.

Demander les autorisations et choisir les prestataires si nécessaire

Avant le d’effectuer les commandes de tous les matériaux, vous devez faire les différentes démarches administratives. Cela signifie que vous devez effectuer une demande de toutes les autorisations dont vous avez besoin pour la construction de votre maison. Cela vous aidera à ne pas avoir de mauvaises surprises au cas où vos autorisations sont refusées.

En ce qui concerne le choix des prestataires, vous devez demander un devis auprès de différents professionnels dans la construction. Vous pouvez, par exemple choisir de bâtir votre maison en bois en entière ou tout simplement demander une aide pour un simple montage.

Les étapes de la construction sont nombreuses et vous devez suivre les conseils qui sont donnés dans cet article pour bien construire votre maison en bois.

 

ParSylvie Gamel

Choisir le bon revêtement de sol pour sa maison

Vous envisagez de faire construire ou de rénover votre maison et vous vous demandez quel est le meilleur revêtement pour votre sol ? Cet article est fait pour vous.

Le revêtement de sol contribue aussi bien au confort qu’à l’esthétique de votre habitat. Du sol naturel apportant charme et chaleur à votre intérieur, au sol synthétique pouvant imiter tous types de surface, les possibilités sont presque infinies ! Entre esthétisme, durabilité et élégance, découvrez le type de revêtement le plus adapté à chaque pièce de la maison et à votre budget.

Le parquet :

À la fois authentique et chaleureux, le parquet se décline en 3 types : massif, stratifié et contrecollé. Ci-après un petit récapitulatif de chaque type de parquet qui vous aidera à faciliter votre choix :

– Le parquet massif est composé d’une seule essence de bois. Il s’impose comme le plus noble et le plus solide des revêtements de sol. Sa frise ou sa lame est constituée à 100 % du même bois sur toute son épaisseur. Les essences de bois les plus recherchées pour ce type de parquet sont le hêtre, le châtaignier, le chêne et les bois exotiques comme le bambou ou le teck. Concernant les finitions, il peut être ciré, huilé et vitrifié. Autre avantage indéniable : grâce à l’épaisseur de ses lames (entre 10 et 24 mm), le parquet massif peut résister au passage du temps et peut être poncé à plusieurs reprises.

– Le parquet stratifié s’agit quant à lui d’une imitation de bois composée de matériaux composites. Il existe deux types de parquet stratifié : le bois orienté (résistant, mais cher) et l’aggloméré (moins cher, mais plus fragile). Il présente de nombreux atouts : moins sensible à l’usure du quotidien (il ne se raye et ne se tâche que rarement), très facile à installer et à entretenir. Il est utilisable uniquement dans des pièces non humides et recommandé pour les sols chauffants. Enfin, ce type de sol reproduit le bois à la perfection pour un tarif très avantageux.

– Le parquet contrecollé est composé de 3 épaisseurs de bois collées ensemble : une première couche d’usure en bois noble, une deuxième couche en bois tendre et une troisième en contreplaqué. Il existe dans différentes essences de bois et est esthétiquement comparable à un parquet massif, sauf qu’il est moins cher. Les avantages non négligeables qu’il offre : grande souplesse d’installation, possibilité d’une finition vitrifiée, facilité d’entretien et très bon rapport qualité/prix.

Le carrelage

C’est un revêtement de sol intemporel qui réunit de nombreux avantages. Résistant et facile à entretenir, il est de loin le revêtement de sol le plus prisé sur le marché. Le carrelage convient à toutes les pièces de la maison : salle de bains, cuisine et salon. Côté esthétique : il donne de la personnalité aux sols ainsi qu’aux murs, mais pas assez confortable en saison hivernale. Le saviez-vous ? Un carrelage peut aujourd’hui prendre l’aspect d’autres matériaux comme la pierre et le bois. Il existe également des types de carreaux qui imitent parfaitement l’aspect du bois ou du marbre.

Le sol en PVC

Le PVC ou le vinyle est un revêtement de sol qui se présente sous forme de rouleau ou carreau souple à coller. Il est facile à poser, à entretenir et offre une bonne résistance aux rayures et aux taches. Il se décline en différents coloris et motifs. Le rouleau de vinyle est le choix par excellence pour une salle de bains. D’ailleurs, son prix est abordable. Inconvénients : épaisseur limitée et réparation impossible en cas de choc.

La moquette

Confortable, mais peu coûteuse, la moquette offre un confort thermique et acoustique incomparable, bien meilleure que les autres types de sol. Contrairement à ce que nous pensons, elle retient une grande partie de la poussière et l’empêche de polluer la pièce. L’utilisation quotidienne de l’aspirateur peut maintenir l’air sain. Lors de l’achat, vérifiez les caractéristiques d’usage inscrites sur les fiches techniques de chaque moquette : professionnel ou domestique, trafic modéré, normal ou intense. En général, sa qualité dépend de son épaisseur. Cependant, ce type de revêtement de sol présente une durée de vie moyenne et nécessite un entretien très régulier. D’ailleurs, il est plus hygiénique que les sols durs.

Le béton ciré

Tendance depuis plusieurs années, le béton ciré peut être posé dans toutes les pièces de la maison (avec un traitement hydrofuge). Il est composé de sable, d’argile, d’eau et de résine, ce qui fait de lui un revêtement de sol robuste et facile à entretenir. Il ne craint pas ni les chocs ni les rayures et peut prendre différentes teintes.

Sa pose doit être faite par un maçon professionnel, car le support recevant le béton doit être plat, sec et sans défaut pour garantir sa durabilité.

ParSylvie Gamel

Guide pour votre projet de maçonnerie

La maçonnerie est une étape très importante dans la construction ou la rénovation d’un bâtiment. Vous souhaitez en savoir plus sur les différents travaux à réaliser dans le domaine de la maçonnerie ? Vous avez un projet de construction ou de rénovation et vous ne savez pas à qui vous adresser pour le concrétiser ? Cet article est fait pour vous.

Définition de la maçonnerie

La maçonnerie, c’est l’art de bâtir une structure par l’assemblage de différents matériaux : brique, pierre, carrelage, etc. Elle fait partie de ce qu’on appelle gros œuvre et figure parmi les corps du métier les plus importants dans le domaine du bâtiment. C’est un procédé à réaliser avec soin et précision, car c’est ce qui va conditionner la solidité, la pérennité et la durabilité de la structure toute entière. Pourtant, le savoir-faire dans ce domaine n’est pas donné à tout le monde. Seuls les maçons habilités possèdent le savoir-faire nécessaire et maîtrisent les différentes techniques utilisées dans ce corps du métier.

Les différentes tâches réalisées par le maçon

Le maçon est le premier intervenant dans la construction d’une maison. Son intervention fait suite à celle d’un terrassier qui aura préparé le terrain. Il réalise les travaux de maçonnerie à partir des directives ou des plans du géomètre ou de l’architecte, tout en respectant les normes de construction en vigueur. Par ailleurs, un maçon peut intervenir sur des chantiers de démolition, de rénovation et d’agrandissement.

– Travaux de maçonnerie en neuf

Le travail d’un maçon commence dès la mise en place des échafaudages et des fondations. Il coule les fondations et la dalle, réalise les tracés, le ferraillage et les repérages. Ensuite, il met en place l’ossature ou le squelette du bâtiment. Ce professionnel du bâtiment peut également réaliser les coffrages et des moulages pour les pièces en béton armé pour fabriquer des sols par exemple.

Il s’occupe du montage de différents éléments porteurs : dalles, poutrelles, cloisons, planchers, panneaux de façades, murs, etc. Le maçon doit également maîtriser la pose et le scellage de panneaux préfabriqués comme les corniches, les ébrasements, les linteaux et les escaliers. Il applique des enduits sur les murs intérieurs et extérieurs.

Le maçon maîtrise aussi la fabrication des éléments nécessaires au maintien et à l’enveloppe du bâtiment : mortier, ciment, plâtre, résine… Selon le type du projet, il utilise différents types de matériaux de construction : briques, pierre, paille, torchis, bois, métaux, bétons, moellons et matériaux composites.

Dans certaines régions, le maçon peut faire office de charpentier et de couvreur en coordonnant les travaux de toiture.

– Travaux de maçonnerie dans le cadre d’un aménagement extérieur

Désormais, on entend parler de maçonnerie paysagère. Dans cette catégorie, le maçon effectue la création d’escaliers, de jardins, de terrasses, d’allées, de pavage, de piscines, etc. Au niveau du secteur public ou municipal, les services d’un maçon englobent la création de parcs, de terrains de sport, etc.

– Travaux de maçonnerie dans le cadre d’une rénovation

Vous pouvez également faire appel à un maçon pour un projet de rénovation. Il maîtrise différentes techniques : traitement des murs, réparation des fissures, rénovation des enduits, drainage, reprise de scellements… Il peut également prendre en main la modification ou l’agrandissement ainsi que la démolition d’un bâtiment existant (ajout d’étages, surélévation de toits). En cas d’un éboulement ou d’une infiltration d’eau, cet artisan pourra également effectuer tous les travaux de réparation et de réfection nécessaires.

L’entreprise de maçonnerie qu’il vous faut

Pour être sûr de bénéficier d’un travail bien fait, mieux vaut choisir les services d’une entreprise de maçonnerie reconnue et membre de l’APCHQ comme la compagnie D.R. MAÇONNERIE à Longueuil. Avec son équipe de maçons compétents et expérimentés, elle peut vous accompagner dans toutes les étapes de votre projet. C’est le choix d’un meilleur service au meilleur prix. Que demander de mieux ?

ParSylvie Gamel

Les critères de choix d’un bon maçon

L’intervention d’un maçon dans la construction ou l’agrandissement d’une maison est indéniable, voire obligatoire. C’est lui qui va réaliser les fondations et les murs. Il est donc le garant de la stabilité de la structure toute entière. Le bon déroulement de la suite du chantier va dépendre de la qualité de son travail. Mais comment trouver un bon maçon, sérieux et compétent ? Ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver, surtout quand on n’y connaît rien. Dans cet article, vous découvrirez quelques critères pour vous aider à trouver le professionnel qu’il vous faut.

Définissez bien votre projet

Avant de choisir votre maçon, il est indispensable de bien définir votre projet. S’agit-il d’une construction ou d’un agrandissement ou d’un aménagement paysager ? S’agit-il de gros œuvre ou de second œuvre ? Si vous projetez d’effectuer des petits travaux, un ou deux maçons suffiront pour prendre en main la totalité des travaux. Cependant pour le cas d’une construction neuve ou des travaux de grande envergure, il convient d’avoir recours aux services d’une entreprise générale du bâtiment ayant les moyens humains et matériels adéquats comme EFC à Auchel. Elle peut intervenir sur des travaux de maçonnerie de toute envergure.

Les qualifications et les diplômes

Choisissez un maçon habilité et compétent afin d’obtenir un travail de qualité. Vérifiez qu’il a bien les qualifications requises. N’hésitez pas à lui demander de vous présenter ses diplômes afin de vous faire une idée sur les formations qu’il a suivies et ses compétences. Sachez qu’il existe différentes formations à suivre pour pouvoir exercer le métier de maçon :

– CAP maçon

– CAP constructeur en béton armé du bâtiment

– CAP constructeur en ouvrage d’art

– Bacc Pro technicien du bâtiment organisation et réalisation de gros œuvre

– Bac Pro interventions sur le patrimoine bâti

– BP maçon

– BP Construction en maçonnerie et béton armé

– MC restauration du patrimoine architectural, option gros œuvre

– MC béton prêt-à-l’emploi

La renommée et la référence

Avant de choisir un maçon, vous devrez avoir déjà une idée sur son sérieux parce qu’un membre de votre entourage ou des amis ont déjà fait appel à lui et ont été satisfaits de son travail. Rien ne vaut le bouche-à-oreille pour bien choisir un professionnel. Un artisan qui travaille bien a forcément une bonne réputation. Renseignez-vous au maximum sur l’entreprise afin d’éviter les mauvaises surprises. Vous pouvez aussi consulter les infos du net. En effet, pour certains clients, il est plus facile de se fier à un professionnel ou à une entreprise visible sur les moteurs de recherches et connu du grand public sur les réseaux sociaux.

Tarifs et devis

Le prix reste un des facteurs déterminants dans le choix de votre maçon. Présentez le budget dont vous disposez pour les travaux. C’est à partir de cette information que le professionnel va établir un devis précis et détaillé. Il est conseillé de choisir les services d’un maçon proposant un tarif horaire. Ce tarif peut varier d’un professionnel et d’une région à l’autre, mais aussi en fonction des matériaux et des types de finition souhaités. Demandez également si le déblaiement et l’évacuation des gravats sont compris le devis. Afin de trouver les tarifs les plus adaptés à votre budget, n’hésitez pas à faire des comparaisons. Par exemple, pour une rénovation immobilière à Auche, vous allez recevoir des devis différents, et ce, pour le même projet. Après, vous pouvez faire votre choix selon vos critères.

Autres critères

– Un maçon doit être disponible en tout temps, même pendant les jours fériés et les week-ends si nécessaire afin de livrer le chantier dans le délai convenu.

– Un maçon doit avoir une bonne condition physique parce qu’il soulève souvent du matériel lourd.

– Un maçon doit être capable de travailler avec d’autres artisans comme les charpentiers, les coffreurs, les couvreurs, etc.

ParSylvie Gamel

Permis de construction : la réglementation en vigueur

En général, tout projet de construction doit respecter deux réglementations en vigueur : 1- le PSO (Plan d’Occupation des Sols) ; 2- le PLU (Plan Local d’urbanisme). Il y aussi le permis de construction, un document administratif qui permet à l’administration de vérifier la conformité d’un projet de construction aux règles d’urbanisme en vigueur. Les détails !

Les projets soumis à un permis de construction

Le permis de construire est obligatoire pour :

– toute construction de nouvelles maisons sur un terrain nu

– les travaux de construction s’étendent sur une surface supérieure à 20 m² (plancher ou emprise au sol).

– les travaux de surélévation ou l’extension d’un bâtiment de plus de 40 m² impliquant l’augmentation de la zone habitable.

Bon à savoir : si le projet ne se situe pas dans une zone urbaine couverte par un POS ou un PLU, ce seuil de 40m² passe à 20m².

– la création d’une ouverture, la modification de façade principale d’une maison

– la création d’une terrasse surélevée de plus de 60 cm de haut et de 20 m² de surfaces

– la construction d’une piscine dont le bassin a une superficie supérieure ou égale à 100m²

Les pièces à fournir pour la demande de permis de construire

Le permis de construire est un ensemble de pièces administratives et graphiques. Le dossier pour la demande de cette autorisation doit comporter les pièces suivantes :

– un plan de situation du terrain

– un plan de masse de la construction à édifier ou à modifier : vue aérienne, les dimensions, l’emplacement prévu pour le raccordement aux réseaux…

– un plan de coupe du terrain et de la construction (le plan du terrain avant et après les travaux)

– une notice descriptive : la configuration du terrain, les matériaux et les couleurs prévus pour la construction

– un plan des façades et des toitures

– un document graphique 3D

– une photo présentant les constructions proches

Cette liste n’est pas exhaustive, des documents complémentaires peuvent s’ajouter à votre dossier selon les caractéristiques et la localisation de votre projet.

À noter : pour les nouvelles constructions ou les constructions de plus de 50 m² sur un bâtiment existant, une étude thermique conforme à la réglementation thermique 2012 est exigée au dépôt du dossier de permis de construire.

Dans un délai de 2 ou 3 mois après le dépôt de demande, la mairie de votre commune va vous remettre un récépissé. Sur ce document va figurer la date à partir de laquelle vous pourrez commencer votre construction, en cas d’acceptation, bien évidemment.