Archives de catégorie Projet maison

ParSylvie Gamel

Optimisez la protection de votre maison avec une porte blindée.

De nos jour, face à un taux de cambriolage ascendant, il convient d’optimiser la sécurité de la maison. Cela commence par la porte d’entrée. En effet, dans 80 % des effractions constatées ces dernières années, le principal accès utilisé par les cambrioleurs est la porte d’entrée. Le type de porte le plus sécuritaire est la porte blindée, car elle est à 90 % inviolable. De plus, elle peut accueillir tous les types de mécanisme de serrure : multipoint, à clef, à code, etc. À travers cet article, nous allons vous parler de sa composition. Nous allons aussi vous aider à bien choisir le type de porte blindée.

De quoi est formée une porte blindée ?

Une porte blindée est obtenue par l’assemblage d’une couche d’isolant ainsi que de nombreux renforts horizontaux et verticaux autour d’un panneau en acier. Des plaques de panneaux décoratifs intérieurs et extérieurs viennent sceller et donner une touche d’esthétisme à la structure. La porte blindée est un bloc-porte construit et posé par un professionnel.

Les serrures des portes blindées :

Les portes blindées sont le plus souvent fabriquées avec des serrures multipoints. Elles peuvent être à un ou deux vantaux, en fonction de l’ampleur de l’ouverture recherchée. L’avantage de ces serrures multipoints, est surtout qu’elles sont capables de se fermer ensemble. Elles sont donc très performantes en termes de sécurité. Elles peuvent être fermées avec une clef ou électroniquement par code. Les modèles les plus sophistiqués proposent même une ouverture avec reconnaissance biométrique.

Les décorations de la porte blindée:

Tout est permis pour donner du style à une porte blindée. En effet, les panneaux extérieurs et intérieurs peuvent prendre des couleurs et des formes variées. Comme une plaque, ils viennent se poser sur la structure de la porte et peuvent revêtir des attributs variés. Vous pouvez choisir les moulures adaptées, les matériaux et les décorations.

Les atouts des portes blindées:

À cause de leur constitution et de leur robustesse, les portes blindées sont surtout des atouts de sécurité pour les maisons. Elles sont capables de retarder de manière efficace toute tentative d’effraction. Grâce à l’acier et aux nombreux renforts, il est très difficile de les transpercer.
En outre, elles sont aussi de parfaites isolantes thermiques et phoniques.

Les portes blindées les plus sécuritaires:

Lorsque vous choisissez une porte blindée, vous devez bien vérifier que celle-ci est certifiée A2P BP. En effet, cette certification constitue un gage de la résistance et de la qualité de la porte.

La serrure, quant à elle, doit bénéficier de la certification A2P, suivi d’une à trois étoiles. Ainsi, elle est capable de résister assez longtemps à une tentative d’effraction. Avec une serrure A2P*, vous pouvez compter sur 5mn et 10 minutes pour une A2P**.

Pour les lieux où il est vraiment nécessaire d’optimiser la sécurité, comme dans un musée ou une banque, par exemple, il existe aussi d’autres modèles plus perfectionnés avec des systèmes coupe-feux et des protections pare-balles.

Prix d’une porte blindée:

Le prix d’une porte blindée est très variable en fonction du professionnel que vous contactez. Prévoyez tout de même un budget compris entre 1500 et 4000 euros pour un bloc-porte. Pour un renforcement avec un cadre métallique de votre porte actuelle, vous pouvez estimer un prix entre 500 et 700 euros, auquel il faut ajouter le prix de la serrure.

Mais tout cela reste une estimation. N’hésitez pas ainsi à contacter un professionnel afin de négocier les prix.

La réparation des portes blindées:

Bien que le dysfonctionnement de la serrure d’une porte blindée soit rare, cela n’est pas impossible.

En cas de porte blindée claquée, bloquée ou verrouillée, n’hésitez surtout pas à faire appel à un professionnel comme l’entreprise de serrurerie Serge qui se trouve à Marseille. Cette entreprise propose des services rapides et des travaux soignés.

ParFree

Protégez-vous contre les chutes de hauteur grâce à l’installation d’un garde-corps

Si vous travaillez dans un environnement en hauteur comme les toitures terrasses ou le toit en général, vous êtes soumis de nombreux risques comme des chutes de hauteur. C’est la raison pour laquelle il faut vous protéger en mettant en place des mesures de sécurité sur les zones à risques. Pour cela, il existe plusieurs systèmes et dispositifs de protection, notamment les garde-corps.

Le garde-corps, un dispositif de protection efficace

Tous les intervenants en hauteur doivent être protégés pour leur permettre de travailler dans de bonnes conditions. Les personnes dont l’environnement de travail est le toit, se retrouvent face à des situations à risques qui peuvent amener à de graves conséquences… Leur sécurité est donc indispensable ! Pour ce faire, il faut mettre en place une sécurisation de la toiture. Deux types de protection existent : la protection individuelle et la protection collective, celle que les experts vousconseillent fortement. Effectivement, elle permet d’assurer sur un périmètre donné, la sécurité de tous les intervenants s’y trouvant et de manière simultanée.Dans ce but, il existe les garde-corps, qui constituent le dispositif de protection collective le plus utilisé.Un garde-corps est un ensemble d’éléments formant une barrière de protection pour délimiter une zone dangereuse ou éviter une chute.

L’installation de garde-corps

Les garde-corps sont des dispositifs de protection quiassurent la sécurité de l’ensemble des intervenants en hauteur en éliminant les risquent de chutes.Ils sont généralement installés en périphérie de toiture notamment sur les toitures terrasses inaccessibles au public.En effet, ces dispositifs délimitent toutes zones de danger existantes. Il peut s’agir de garde-corps rabattable (en version droite ou coudée), autoportant sur bac acier (fixation sur tout type de toiture en bac acier sec ou panneaux sandwich) ou sur acrotère (fixation sur tout type d’acrotère), évitant tout percement de la toiture ou démontage de la couvertine. Une fois installés, aucune intervention ni manutention n’est nécessaire.De plus, leur composition en aluminium leur procure une excellente longévité. L’installation de garde-corps peut s’effectuer sur tout type de toiture, c’est donc le dispositif idéal pour se protéger contre les chutes de hauteur.

Une mesure obligatoire de se protéger en hauteur

Pour un travailleur en hauteur, sa protection corporelle est nécessaire et même obligatoire. En effet, selon l’article L230-3 du Code du travail : « il incombe à chaque travailleur de prendre soin, en fonction de sa formation et selon ses possibilités, de sa sécurité et de sa santé ». Les chutes en hauteur font parties des risques du travail et pour prévenir ces risques, votre sécurité ne doit pas être prise à la légère. Votre employeur a également des obligations quant à votre sécurité. Il doit disposer d’équipements de protection individuels ou collectifs comme des garde-corps, conformes aux normes et règlementation en vigueur. Aussi, d’après l’article R4511-6 du Code du travail : « Chaque chef d’entreprise est responsable de l’application des mesures de prévention nécessaires à la protection des travailleurs qu’il emploie. » La protection de chaque intervenant sur les toitures terrasses ou sur le toit en général est primordiale. Elle implique une solidarité collective pour la mise en œuvre des systèmes et dispositifs de protection.

ParSylvie Gamel

Les critères de choix d’un bon maçon

L’intervention d’un maçon dans la construction ou l’agrandissement d’une maison est indéniable, voire obligatoire. C’est lui qui va réaliser les fondations et les murs. Il est donc le garant de la stabilité de la structure toute entière. Le bon déroulement de la suite du chantier va dépendre de la qualité de son travail. Mais comment trouver un bon maçon, sérieux et compétent ? Ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver, surtout quand on n’y connaît rien. Dans cet article, vous découvrirez quelques critères pour vous aider à trouver le professionnel qu’il vous faut.

Définissez bien votre projet

Avant de choisir votre maçon, il est indispensable de bien définir votre projet. S’agit-il d’une construction ou d’un agrandissement ou d’un aménagement paysager ? S’agit-il de gros œuvre ou de second œuvre ? Si vous projetez d’effectuer des petits travaux, un ou deux maçons suffiront pour prendre en main la totalité des travaux. Cependant pour le cas d’une construction neuve ou des travaux de grande envergure, il convient d’avoir recours aux services d’une entreprise générale du bâtiment ayant les moyens humains et matériels adéquats comme EFC à Auchel. Elle peut intervenir sur des travaux de maçonnerie de toute envergure.

Les qualifications et les diplômes

Choisissez un maçon habilité et compétent afin d’obtenir un travail de qualité. Vérifiez qu’il a bien les qualifications requises. N’hésitez pas à lui demander de vous présenter ses diplômes afin de vous faire une idée sur les formations qu’il a suivies et ses compétences. Sachez qu’il existe différentes formations à suivre pour pouvoir exercer le métier de maçon :

– CAP maçon

– CAP constructeur en béton armé du bâtiment

– CAP constructeur en ouvrage d’art

– Bacc Pro technicien du bâtiment organisation et réalisation de gros œuvre

– Bac Pro interventions sur le patrimoine bâti

– BP maçon

– BP Construction en maçonnerie et béton armé

– MC restauration du patrimoine architectural, option gros œuvre

– MC béton prêt-à-l’emploi

La renommée et la référence

Avant de choisir un maçon, vous devrez avoir déjà une idée sur son sérieux parce qu’un membre de votre entourage ou des amis ont déjà fait appel à lui et ont été satisfaits de son travail. Rien ne vaut le bouche-à-oreille pour bien choisir un professionnel. Un artisan qui travaille bien a forcément une bonne réputation. Renseignez-vous au maximum sur l’entreprise afin d’éviter les mauvaises surprises. Vous pouvez aussi consulter les infos du net. En effet, pour certains clients, il est plus facile de se fier à un professionnel ou à une entreprise visible sur les moteurs de recherches et connu du grand public sur les réseaux sociaux.

Tarifs et devis

Le prix reste un des facteurs déterminants dans le choix de votre maçon. Présentez le budget dont vous disposez pour les travaux. C’est à partir de cette information que le professionnel va établir un devis précis et détaillé. Il est conseillé de choisir les services d’un maçon proposant un tarif horaire. Ce tarif peut varier d’un professionnel et d’une région à l’autre, mais aussi en fonction des matériaux et des types de finition souhaités. Demandez également si le déblaiement et l’évacuation des gravats sont compris le devis. Afin de trouver les tarifs les plus adaptés à votre budget, n’hésitez pas à faire des comparaisons. Par exemple, pour une rénovation immobilière à Auche, vous allez recevoir des devis différents, et ce, pour le même projet. Après, vous pouvez faire votre choix selon vos critères.

Autres critères

– Un maçon doit être disponible en tout temps, même pendant les jours fériés et les week-ends si nécessaire afin de livrer le chantier dans le délai convenu.

– Un maçon doit avoir une bonne condition physique parce qu’il soulève souvent du matériel lourd.

– Un maçon doit être capable de travailler avec d’autres artisans comme les charpentiers, les coffreurs, les couvreurs, etc.

ParSylvie Gamel

Permis de construction : la réglementation en vigueur

En général, tout projet de construction doit respecter deux réglementations en vigueur : 1- le PSO (Plan d’Occupation des Sols) ; 2- le PLU (Plan Local d’urbanisme). Il y aussi le permis de construction, un document administratif qui permet à l’administration de vérifier la conformité d’un projet de construction aux règles d’urbanisme en vigueur. Les détails !

Les projets soumis à un permis de construction

Le permis de construire est obligatoire pour :

– toute construction de nouvelles maisons sur un terrain nu

– les travaux de construction s’étendent sur une surface supérieure à 20 m² (plancher ou emprise au sol).

– les travaux de surélévation ou l’extension d’un bâtiment de plus de 40 m² impliquant l’augmentation de la zone habitable.

Bon à savoir : si le projet ne se situe pas dans une zone urbaine couverte par un POS ou un PLU, ce seuil de 40m² passe à 20m².

– la création d’une ouverture, la modification de façade principale d’une maison

– la création d’une terrasse surélevée de plus de 60 cm de haut et de 20 m² de surfaces

– la construction d’une piscine dont le bassin a une superficie supérieure ou égale à 100m²

Les pièces à fournir pour la demande de permis de construire

Le permis de construire est un ensemble de pièces administratives et graphiques. Le dossier pour la demande de cette autorisation doit comporter les pièces suivantes :

– un plan de situation du terrain

– un plan de masse de la construction à édifier ou à modifier : vue aérienne, les dimensions, l’emplacement prévu pour le raccordement aux réseaux…

– un plan de coupe du terrain et de la construction (le plan du terrain avant et après les travaux)

– une notice descriptive : la configuration du terrain, les matériaux et les couleurs prévus pour la construction

– un plan des façades et des toitures

– un document graphique 3D

– une photo présentant les constructions proches

Cette liste n’est pas exhaustive, des documents complémentaires peuvent s’ajouter à votre dossier selon les caractéristiques et la localisation de votre projet.

À noter : pour les nouvelles constructions ou les constructions de plus de 50 m² sur un bâtiment existant, une étude thermique conforme à la réglementation thermique 2012 est exigée au dépôt du dossier de permis de construire.

Dans un délai de 2 ou 3 mois après le dépôt de demande, la mairie de votre commune va vous remettre un récépissé. Sur ce document va figurer la date à partir de laquelle vous pourrez commencer votre construction, en cas d’acceptation, bien évidemment.

ParSylvie Gamel

Qu’est-ce qu’une inspection pré-réception ?

Avant de prendre possession d’une maison neuve, il est primordial de tout vérifier pour ne pas avoir de regrets. Contrairement à ce que les gens pensent, le neuf n’est pas toujours sans défauts. Vous devez effectuer, en présence du constructeur de la maison, une inspection pré-réception. Qu’est-ce qu’on entend exactement par l’inspection pré-réception ? Les détails !

Inspection pré-réception, une étape incontournable

Une inspection avant la réception est requise par le Règlement sur le plan de garantie. Cela concerne une maison neuve et isolée (non détenu en copropriété), ainsi que les parties privatives d’un bâtiment détenu en copropriété quel qu’en soit le type.

Une inspection pré-réception constitue plusieurs vérifications visuelles afin de s’assurer que le bâtiment soit construit selon les règles en vigueur. C’est lors de cette étape importante que les travaux inachevés, les vices de construction, les défauts dans les matériaux, les anomalies dans les finitions et autres problèmes doivent être relevés.

Elle se fait à l’aide d’une liste préétablie d’éléments à vérifier que l’entrepreneur doit vous remettre. Cette liste est fournie aux entrepreneurs accrédités par Qualité Habitation. Par ailleurs, elle doit être approuvée par la Régie du Bâtiment du Québec (RBQ).

N’oubliez pas : la garantie du constructeur ne s’applique pas sur un problème non identifié lors de la réception du bâtiment.

Bien choisir l’inspecteur

Il est déconseillé d’effectuer l’inspection pré-réception seul. Ayez recours aux services d’un inspecteur en bâtiment qualifié et un expert en identification de vices cachés. Pour plus d’efficacité, faites-vous assister par un inspecteur qui est aussi technologue ou ingénieur en génie civil. Pour toute inspection dans la province du Québec et en Ontario, la firme d’ingénierie ProspecPlus Génie Conseil à Montréal peut vous accompagner dans cette étape importante.

Que faire en cas de problème ?

Des travaux non terminés, une porte mal fermée, les peintures des façades ont été mal appliquées… Que faire en cas d’insatisfaction ?

Vous devez noter par écrit, sur une fiche prévue à cette fin, tous les éléments que vous jugez insatisfaisants. Vous pouvez bien sûr le faire pendant l’inspection, avec l’aide d’un inspecteur qualité et en présence du constructeur. Par ailleurs, vous avez trois jours après l’inspection pour informer l’entrepreneur des commentaires et des recommandations mentionnés dans le certificat d’état d’immeuble délivré par l’inspecteur. Le constructeur devra effectuer les réparations et les correctifs requis dans un délai dont vous déterminerez ensemble.

Faites attention et ne prenez pas d’entente orale avec l’entrepreneur : tout défaut non mentionné est considéré comme accepté et vous ne pourrez pas exercer de recours en garantie légale.

Si vous n’arrivez pas à négocier avec votre constructeur sur les modifications et corrections à apporter, vous devez l’inscrire sur le formulaire d’inspection pré-réception, afin d’en informer l’administrateur de votre garantie de qualité. Celui-ci tranchera sur la question, soit en votre faveur, soit en la faveur de l’entrepreneur.

ParSylvie Gamel

Les fenêtres en PVC : les 4 avantages indéniables

En matière de menuiserie, le PVC est actuellement le matériau le plus prisé en France (environ 60 % des demandes globales). Pourquoi ce matériau est-il si recherché ?

1. Les fenêtres en PVC : n°1 en termes de performance énergétique

En choisissant des fenêtres en PVC, vous n’aurez rien à craindre du froid et de la chaleur. Leur châssis en PVC, conçus avec un plastique blanc opaque garantit une isolation thermique et acoustique optimale grâce à plusieurs chambres d’isolation et à des joints de frappe. Elles sont généralement disponibles en double ou triple vitrage. Elles présentent une grande résistance aux aléas climatiques et ne se rouillent pas.

Réduisez votre facture de chauffage et d’énergie : en comparaison aux fenêtres en aluminium ou en bois, les profilés de fenêtres en PVC ont de meilleures valeurs d’isolation, ce qui vous permet de réduire considérablement votre facture de chauffage et d’énergie.

2. Les fenêtres en PVC : synonyme d’un bon rapport qualité-prix

Moins cher de tous les matériaux de fabrication de fenêtres, tout en ayant des vertus isolantes, le PVC est un choix par excellence pour votre projet de menuiserie. Le PVC permet de fabriquer des fenêtres robustes avec une longévité accrue, et ce, à des coûts très abordables. Ainsi, choisir les fenêtres en PVC, c’est faire de sérieuses économies.

3- Les fenêtres en PVC : faciles à entretenir

Si les fenêtres en bois exigent un traitement particulier et régulier, les fenêtres en PVC offrent une durabilité accrue sans effort. Un chiffon ou une éponge, de l’eau et un détergent ménager non-abrasif, c’est tout ce dont vous aurez besoin pour entretenir une fenêtre en PVC. Pas de vernis et pas de peinture.

4- Les fenêtres en PVC : un investissement durable et écologique

Ayant une durée de vie moyenne de 50 ans, les fenêtres en PVC s’avèrent un investissement exemplaire pour conserver la valeur d’un bâtiment. Le PVC est également connu pour son imputrescibilité et sa résistance à la corrosion. Il ne se déforme pas au fil de temps. En effet, les aléas climatiques n’ont aucun effet sur le PVC, ce qui en fait un matériau robuste, solide et durable. Bon à savoir : les profilés en PVC repoussent la saleté et la poussière. Mieux encore, les fenêtres en PVC sont recyclables à 100 % et s’inscrivent dans une politique de développement durable et de protection à long terme de l’environnement.

ParSylvie Gamel

La différence entre un climatiseur et une thermopompe

Lors de l’achat d’un système de climatisation, beaucoup de gens se posent la question suivante : quel est le meilleur choix entre un climatiseur et une thermopompe ? Ces deux systèmes sont difficiles à distinguer à cause de leur mode de fonctionnement presque similaire. Pour clarifier cette confusion, lisez la suite de cet article.

Les points communs

Le climatiseur (appelé aussi air climatisé) et la thermopompe ont quelques similitudes. D’abord, ils sont tous en mesure de refroidir l’air dans une maison. Deuxième point commun : les deux appareils ont une apparence similaire et nécessitent le même matériel lors de leur installation. De plus, ces deux systèmes sont disponibles en version murale (une seule unité installée à un endroit stratégique d’une maison) et centrale (système qui utilise les systèmes de ventilation pour une meilleure répartition de l’air).

L’avantage de la thermopompe

De nombreux gens voient la thermopompe comme « un climatiseur qui chauffe ». En fait, c’est vrai. Cet appareil permet de faire circuler de l’air chaud dans votre demeure. Son secret se trouve dans sa valve réversible. En effet, le gaz à l’intérieur d’un air climatisé (climatiseur) ne circule que dans un seul sens. En revanche, la thermopompe peut envoyer le gaz chaud à l’intérieur et à l’extérieur de la propriété grâce à sa valve réversible. La plupart des thermopompes de qualité sont garanties 10 ans.

Période d’utilisation

En ce qui concerne la fréquence d’utilisation, la thermopompe prend encore l’avantage sur le climatiseur. De façon générale, le climatiseur est utilisé, en moyenne deux ou trois fois par année (pendant les saisons estivales). De son côté, la thermopompe fonctionne 10 mois par année. Cependant, la thermopompe vous permet de réduire vos factures de chauffage jusqu’à 30 %.

Les coûts d’installation et d’entretien

L’installation d’une thermopompe par un chauffagiste qualifié nécessite un investissement plus important que celle d’un climatiseur. Mais, les économies sur les frais de chauffage et le confort optimal que procure la thermopompe permettent amplement de rentabiliser l’achat de ce système.

Par ailleurs, en raison de son utilisation prolongée, une thermopompe a besoin d’un entretien régulier par rapport à un climatiseur.

En résumé, le climatiseur ou l’air climatisé :

– a une durée de vie plus longue que la thermopompe

– ne peut que refroidir l’air

– nécessite peu d’entretien

– ne permet pas de faire des économies d’énergie

De son côté, la thermopompe :

– est légèrement dispendieuse que le climatiseur

– peut refroidir et réchauffer l’air

– nécessite un entretien régulier

– permet de réaliser d’importantes économies sur les frais de chauffage

ParSylvie Gamel

Zoom sur le carrelage en ardoise

L’ardoise est l’un des 5 grands types de pierres naturelles utilisées pour les revêtements de sols. En effet, elle est autant appréciée que le granit, le marbre, la pierre calcaire et le travertin. Ce type de carrelage séduit les amateurs de style contemporain par son élégance et son aspect luxueux. Voici quelques points à savoir sur le carrelage en ardoise.

Les caractéristiques du carrelage en ardoise

Souvent utilisée pour les toitures, l’ardoise est maintenant très prisée pour embellir les espaces intérieurs. C’est le matériau idéal pour ajouter une touche de modernité au décor intérieur. L’ardoise est généralement sombre et mate. Elle peut se décliner en plusieurs couleurs (gris, vert ou ocre) et formats (10 x 10 cm; 30 x 30 cm; 30 x 60cm; 60 x 60cm et 40 x 80 cm). Il est possible de mixer les formats pour avoir un effet tragique ou pour effectuer un opus romain.

En matière de finition, deux possibilités s’offrent à vous : clivée naturelle (ce qui donne un aspect rugueux) et polie (ce qui donne un effet très lisse). Côté technique, l’ardoise se distingue par sa solidité, sa longévité et sa facilité d’entretien.

Quel type de support pour un carrelage en ardoise ?

Le carrelage en ardoise peut être posé en intérieur, en extérieur, au sol et au mur. Ce matériau est idéal pour revêtir les marches d’escalier, un plan de travail, ou encore autour de la cheminée ou de la baignoire. Si vous optez pour l’ardoise pour le carrelage de votre terrasse ou allée, pensez à associer les dalles de formes variées et alignez-les de façon aléatoire.

Quel type de carrelage en ardoise pour quelle pièce ?

Pour orner un espace restreint et une pièce humide comme la salle de bain, choisissez un carrelage en ardoise de 10 x 10 cm avec 100 mm d’épaisseur. Les modèles avec une coupe rectangulaire de 30 x 30 cm et 60 x 60 cm vous offrent la possibilité de créer des motifs originaux. Pour créer une ambiance artistique dans une cuisine, optez pour un carrelage en ardoise aux couleurs flashy. Si vous souhaitez agrandir visuellement une pièce et y apporter une impression d’espace, choisissez les carreaux XXL.

Les avantages du carrelage en ardoise

En bref, le carrelage en ardoise présente comme les avantages suivants :

– La résistance à l’abrasion

– La porosité assez faible

– La facilité d’entretien : un simple nettoyage à l’aide d’une éponge savonneuse (savon noir) ou à l’eau javellisée suffira pour le faire briller.

– L’adaptation à tous types de surfaces (à l’extérieur comme à l’intérieur et au sol comme au mur).

ParSylvie Gamel

Laquelle choisir entre la fenêtre en PVC et celle en alu ?

La construction de votre nouvelle maison touche à sa fin. Tous les travaux de gros œuvres sont achevés. Il va maintenant falloir entamer les travaux de menuiserie intérieure et extérieure tels que la pose de fenêtres et de portes. Pour le choix de matériau de vos fenêtres, vous hésitez entre le PVC et l’alu ? Chacun de ses matériaux a ses avantages et ses inconvénients que nous allons vous expliquer afin de rendre votre choix plus facile.

Au niveau de l’isolation thermique

– Le PVC constitue un matériau naturellement isolant. En fait, il est aussi isolant que le bois. Moderne et innovant, il répond aux réglementations thermiques du bâtiment en termes de confort et d’isolation. D’ailleurs, ce matériau présente une grande étanchéité et durabilité.

Le saviez-vous qu’une fenêtre en PVC, équipée d’un triple vitrage permet d’obtenir le label PASSIV’HAUSS (maisons passives) ? Si vous souhaitez bénéficier d’un crédit d’impôt et des aides diverses, les fenêtres en PVC double vitrage sont le choix par excellence. Vous pouvez en trouver de nombreux modèles chez AMCR en Alsace.

En termes d’isolation phonique, le PVC prend l’avantage sur l’aluminium. Entre 2 fenêtres en PVC et en alu, ayant les mêmes dimensions et équipées d’un double vitrage, il a une différence de 1 dB (niveau sonore). Cependant, le PVC n’est pas adapté pour les fenêtres de grande taille comme les baies vitrées.

– L’aluminium, quant à lui, c’est un matériau naturellement conducteur (conduit la chaleur et le froid). Il est même proche du cuivre. Pendant longtemps, les fenêtres en alu ne séduisent pas les propriétaires à cause de son manque de performance thermique. Cependant, elles sont désormais équipées d’un système de rupture de pont thermique. Cela pour éviter le ruissellement et la condensation de l’eau.

Côté esthétique

– Le point négatif du PVC se trouve au niveau de son aspect esthétique. Avec sa couleur unique (blanche, voire gris clair), il n’est pas adapté aux couleurs très foncées. Il est difficile à combiner à un revêtement structuré. Mais il existe désormais le plaxage, ce qui permet aux fabricants de donner aux fenêtres en PVC un aspect moins classique en posant un film de couleur. Grâce au plaxage, le PVC peut imiter l’aspect du bois (la couleur et la structure du veinage). Attention, le PVC teinté peut se blanchir très rapidement. À éviter donc pour les grandes baies vitrées exposées au soleil.

– Contrairement au PVC, l’aluminium offre diverses possibilités de couleurs, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Pour l’alu, toutes les teintes du nuancier RAL sont possibles. Les montants très fins de ce matériau donnent une touche résolument contemporaine à vos fenêtres. De plus, l’aluminium permet de créer des ouvertures de grande dimension et de grande surface vitrée (verrière, baie vitrée…). C’est pourquoi il reste le matériau très prisé des architectes.

Entretien

– Outre la performance thermique, la facilité d’entretien fait partie des principaux avantages d’une fenêtre en PVC. Étant un matériau vulnérable, le PVC ne nécessite pas un entretien poussé. Le passage régulier d’une éponge humide ou d’un chiffon suffira pour le nettoyage. Pour le bon fonctionnement de ses mécanismes, il ne faut pas négliger l’entretien des joints et des ailes de fixation.

– L’aluminium est un matériau robuste. Qui dit robuste, pas d’entretien particulier. Appliquer un traitement régulier sur une fenêtre en alu n’est pas nécessaire, car elle ne se rouille pas. Tout comme les fenêtres en PVC, un simple nettoyage à l’aide d’une éponge savonneuse suffira pour faire briller les fenêtres en alu.

Prix

Les prix varient en fonction des différentes options et des qualités recherchées. Mais, en général, les fenêtres en alu sont un peu plus chères que les autres. Par contre, le PVC offre un meilleur rapport qualité-prix.

ParSylvie Gamel

Les travaux de terrassement et les engins indispensables

Le terrassement est une grande étape que vous ne pouvez pas négliger lors d’un projet de construction. Découvrez à travers cet article les différents engins nécessaires pour mener à bien cette opération.

Définition du terrassement

Le terrassement est une étape cruciale de tout projet de BTP. Il précède les travaux de fondation. Les travaux consistent à modifier le relief d’un terrain en déplaçant des quantités importantes de matériaux (qui sont généralement de la terre), en créant des ouvrages en déblai (enlèvement de matière) ou en remblai (ajout de matière).

Les engins nécessaires

En général, les travaux de terrassement se composent de 3 actions principales, à savoir l’extraction, le transport et la mise en œuvre. De ce fait, l’entrepreneur en terrassement doit être muni d’engins adaptés à chacune de ces phases du chantier.

– La pelleteuse (aussi appelée pelle hydraulique ou excavatrice) : c’est difficile d’imaginer un chantier de terrassement sans cette machine. Elle est essentiellement utilisée pour creuser des trous et des fondations. On peut également s’en servir comme outil de démolition et pour des travaux de manutention. Il existe différents types de pelleteuse: sur pneus (idéal si les travaux prévoient des déplacements sur goudron), sur chenille (pour des chantiers sur des zones difficiles d’accès). Lorsque la pelleteuse est de petite taille, elle est souvent appelée mini-pelle. Cette dernière est adaptée aux travaux plus modestes en zone urbaine.

 Le chargeur ou la chargeuse : cette machine fait partie des engins de terrassement les plus connus. C’est un engin de chantier sur pneus, muni de roues imposantes et d’une grande benne située à l’avant. Il existe les chargeurs sur chenilles (apportant plus de stabilité dans les zones difficiles d’accès) et les chargeurs compacts (plus adaptés en milieu urbain). En effet, le chargeur est utilisé pour transporter et déplacer des grandes quantités de matériaux d’un point à un autre.

– La tractopelle : c’est un engin de génie civil, également appelé « chargeuse-pelleteuse ». Il est composé d’un chargeur à l’avant et d’une pelleteuse à l’arrière. Cette machine est très prisée des professionnels du terrassement, grâce à sa propriété multifonction. Par ailleurs, une tractopelle peut se déplacer de chantier en chantier sans nécessiter le recours à un port char ou à une remorque.

– L’aspiratrice excavatrice ou camion aspirateur : c’est un camion puissant muni d’un aspirateur géant à tête rotative. Cet engin est conçu pour aspirer les matériaux. Par ailleurs, il offre de nombreux avantages comme un gain de temps et de productivité. Il ne présente aucun risque d’endommager les réseaux souterrains lors du terrassement. C’est également pratique dans les zones difficiles d’accès comme les caves.

– Le bouteur ou le bulldozer : Le bouteur fait partie des engins de terrassement les plus populaires. C’est un tracteur monté muni d’une lame frontale. Il existe des modèles sur chenilles et sur pneus. Cet engin de terrassement a comme principal rôle de niveler le terrain par raclage du sol. Il peut également servir à pousser une décapeuse.

– La décapeuse ou scraper ou motor-scraper : cet engin possède une benne avec tiroir éjecteur, utilisé pour extraire les matériaux en arasant le sol. La décapeuse est souvent poussée à l’aide d’un bulldozer. Elle permet de réaliser des volumes supérieurs aux pelleteuses classiques. Cet engin ne peut être utilisé que pour des travaux de terrassement de masse et pour des chantiers à vitesse de déplacement limitée (une courte distance entre l’emprunt et le dépôt).

– Le tombereau : c’est un engin équipé d’une benne basculante utilisé pour transporter les matériaux. Il peut être utilisé sur tous types de terrains et permet de décharger facilement les matériaux.

Si vous souhaitez réaliser vous-même les travaux, renseignez-vous sur le prix de la location des différents engins. Cependant, il est toujours plus judicieux de recourir aux services d’une entreprise de terrassement fiable et bien équipée telle que Construction BCM à Mirabel.