Archives de l’auteur Sylvie Gamel

ParSylvie Gamel

Parlons des avantages de louer un échafaudage

Les travaux de construction et denovation en hauteur nécessitent généralement l’utilisation d’un échafaudage. Les échafaudages sont des structures squelettiques entourant un ou plusieurs côtés d’un bâtiment. Ils facilitent l’accès aux différents étages. Actuellement, certaines sociétés proposent de louer des échafaudages clé en main. Mais quels sont véritablement les avantages de la location pour réaliser un chantier ? Vous saurez tout en lisant cet article.

Les différents types d’échafaudages

Il existe deux grands types d’échafaudages :

– les échafaudages mobiles

Ce sont des échafaudages munis de roues. Les échafaudages mobiles sont les échafaudages à roue, pliant et pour escalier.

– les échafaudages fixes

Ils sont fixés au sol par leurs pieds. On distingue deux sortes d’échafaudages fixes : les échafaudages suspendus et les échafaudages sur-mesure.

Les points à vérifier avant de choisir un échafaudage

Avant de choisir un échafaudage, vous devez commencer par mesurer les dimensions du bâtiment ou de votre chantier. Pour cela, utilisez un ruban à mesurer et calculez la surface totale sur laquelle l’échafaudage devra être placé. N’oubliez pas de prendre en compte les angles du bâtiment. Prévoyez également une certaine distance d’environ 1 à 2 mètres sur chaque côté du bâtiment.

Vous devez aussi mesurer la hauteur à laquelle l’échafaudage doit monter.

Pour être sur de vos mesures, n’hésitez pas à demander de l’aide auprès d’un architecte.

Les avantages de louer un échafaudage

En choisissant la location d’échafaudages, vous pourrez profiter d’un coût moins élevé que lors d’un achat. Toutefois, la location doit s’appliquer aux emplois à court terme comme la rénovation de bâtiment, la réalisation de travaux de peinture, la réparation de fissures, le remplacement de fenêtres, la plomberie extérieure, etc.

Vous n’aurez pas non plus à vous soucier de l’endroit où vous stockerez votre échafaudage une fois le chantier terminé.

Les étapes à suivre pour une location d’échafaudages

Avant de louer un échafaudage, n’oubliez pas de comparer les prix de plusieurs services de location. Vous pouvez en trouver de très bon sur internet.

Demandez le prix de la location par unité, puis comparez-le à vos mesures (la longueur, la largeur et la hauteur dont vous avez besoin).

Vous devez également prendre en compte la durée de votre chantier. Si la durée est importante, il peut y avoir un rabais ou une offre spéciale. Assurez-vous, en outre de connaître tous les frais de retard ou cachets applicables si votre projet doit être prolongé.

Louer chez un professionnel

Certains professionnels du bâtiment disposent de nombreux échafauds prêts à l’emploi. C’est le cas de l’entreprise MCM Échafaudage. Elle possède de nombreux modèles d’échafaudages tels que les structures pour façade fixe, multidirectionnelles, etc.

Ses échafaudages sont conformes aux normes françaises. De plus, son équipe peut se charger du montage et du démontage une fois votre chantier abouti. N’hésitez pas à la contacter et à bénéficier de ses expériences.

Réglementation concernant l’utilisation des échafaudages

Les travaux réalisés sur des échafaudages sont généralement des travaux en hauteur. Voilà pourquoi, le montage et le démontage d’un échafaudage sont très réglementés.

Ces équipements ne doivent être montés ou démontés que sous la direction d’une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et spécifique. De plus, la notice de fabrication et le plan du montage ou du démontage ainsi que toutes les instructions d’utilisation doivent toujours être à portée de main.

Le propriétaire du chantier doit penser à des protections anti-chutes pour les ouvriers, comme l’installation de gardes-corps et le port de casques de protection.

De plus, pour plus de sécurité, un périmètre de 10 mètres autour de la zone du chantier doit être délimité et converti en accès non-autorisé.

ParSylvie Gamel

Construction de vérandas en alu : les points à prendre en compte

La véranda en alu est très appréciée en raison de sa solidité et de sa durabilité. Elle est également préconisée grâce à son côté indémodable, esthétique et moderne. Une véranda en alu est, en outre, facile à réparer, à entretenir et s’adapte à n’importe quel style de maison. Un chiffon et de l’eau suffisent pour la nettoyer. De plus, l’alu ne rouille pas facilement. Cependant, la construction d’une telle véranda n’est pas donnée à tout le monde. Elle demande un budget important.

Les variétés de vérandas en alu

La véranda en alu existe en plusieurs modèles selon l’usage souhaité : agrandissement maison, extension, agrément ou abri de soleil. Son choix dépend également du type de vitrage et des options de construction. Vous pouvez opter pour la véranda classique qui représente une pièce supplémentaire de votre logement. Ses formes sont variées.

Pour obtenir une véranda avec une architecture britannique, privilégiez le style victorien avec des pans coupés. En revanche, si vous recherchez une construction indépendante de votre maison, choisissez la véranda alu kiosque.

Pour une construction moderne, c’est la fabrication d’une véranda en alu contemporaine qui est recommandée. Vous pouvez aussi opter pour la véranda en alu en étoile pour avoir un aperçu sur l’extérieur. Par ailleurs, préférez une véranda en kit si vous voulez allier solidité, esthétique et légèreté.

Les travaux aux préalables à la construction d’une véranda en alu

Avant de construire une véranda en alu à Nîmes, vous devez poser une dalle en béton afin d’éviter les remontées capillaires. Pour assurer une bonne isolation à la nouvelle pièce, vous êtes également obligé d’installer du parquet ou du carrelage. N’oubliez pas de raccorder votre véranda au réseau électrique et au réseau d’eau chaude. De cette façon, vous pouvez y installer un système d’éclairage, de chauffage et des prises électriques.

Les éléments indispensables à la construction d’une véranda en alu

La construction d’une véranda en alu implique l’utilisation d’un double vitrage, d’une serrure blindée, d’un système d’alarme, de stores coulissants et de verres feuilletés. Si vous avez besoin d’aide pour réaliser les travaux, faites appel à un professionnel comme Véranda-Styl’.

En ce qui concerne le vitrage, vous avez aussi la possibilité d’installer un vitrage simple avec une épaisseur entre 6 et 10 mm, associé avec des rideaux ou des stores. Pour obtenir une meilleure isolation, préférez le triple vitrage d’une épaisseur entre 36 et 54 mm. Un triple vitrage de 44 mm est le plus utilisé par les propriétaires. Pour optimiser votre confort, utilisez le verre autonettoyant, le verre traité ou le verre feuilleté.

Le choix de la toiture

Un toit plat plein est parfait pour une véranda en alu, si la maison se situe dans des régions très ensoleillées. En revanche, si votre construction possède une exposition au Nord, la meilleure solution est de choisir une toiture plate transparente. Vous optimiserez ainsi la luminosité des pièces. De même, ce toit assure une bonne isolation à votre véranda.

Si vous optez pour la toiture plate pour votre véranda, prévoyez un bon système d’évacuation des eaux pluviales du fait de la faible inclinaison. Si vous vous adressez à un expert pour la construction de véranda, il vous conseillera sur le type de toit à adopter.

L’aménagement de la véranda en alu

Pour l’aménagement de la véranda en alu, vous devez bien sélectionner le type de chauffage à installer. Avec un système de pompe à chaleur air/air, vous obtiendrez un maximum de confort dans la pièce.

Comme office d’aménagement de véranda, l’installation d’une climatisation split est aussi une bonne idée. Pour donner un peu plus de cachet, sélectionnez également la bonne peinture. Ne vous servez pas des produits décapants ou des solvants. Ils entraînent la fissure des panneaux de votre toit.

 

ParSylvie Gamel

C’est l’heure du grand nettoyage de printemps, équipez-vous !

Il est nécessaire de nettoyer la maison chaque jour, mais le grand nettoyage est encore plus indispensable. Il doit se faire régulièrement, au moins une fois dans le mois et au printemps. Pour cela, il faut de l’organisation et de l’équipement. Munissez-vous de tous les matériels fondamentaux pour bien réussir votre nettoyage de printemps. Mobilisez tout le monde, car tout seul, vous risquez d’y rester des heures. C’est également l’occasion de faire des tris, afin que vous puissiez vous débarrasser des objets inutiles.

Commencez par nettoyer la cuisine

Dans un premier temps, priorisez les pièces qui se salissent rapidement telles que la cuisine et la salle de bain. Récurez chaque recoin de la cuisine avec de l’éponge absorbante, des chiffons microfibres et de l‘eau savonneuse à volonté. Les zones humides peuvent très vite attirer les poussières, il faut que vous repassiez avec du chiffon sec. Sachez que le vinaigre est aussi un antibactérien très efficace, imbibez votre éponge avec une solution d’eau et de vinaigre et puis passez sur les objets et les surfaces graisseux de la cuisine.

Pour le sol, vous aurez besoin de serpillère et de l’eau de javel pour enlever les crasses, elles y sont plus persistantes. Les produits nettoyants peuvent provoquer des effets indésirables sur la peau, il est donc plus prudent que vous mettiez des gants de nettoyage en caoutchouc. Certes, ils ne protègent pas contre la prolifération des microbes, mais au moins ils vous protègent des produits de nettoyage.

La désinfection des ustensiles de cuisine peut se faire avec du liquide-vaisselle, mais aussi avec du citron et du sel. Si vous n’avez pas de citron, du vinaigre blanc peut faire l’affaire. Faites briller l’évier de la cuisine avec du bicarbonate de soude, connu avec son effet antioxydant et détartrant, il est très approprié pour les nettoyages de grande envergure. Faites-le dissoudre avec un peu d’eau. Une fois la cuisine nettoyée, vous pouvez poursuivre votre ménage dans la salle de bain.

Ensuite, la salle de bain

La salle de bain est la pièce la plus humide de la maison. Contrairement à son utilité, elle est difficile à nettoyer et par manque d’entretien, elle peut dégager une odeur très désagréable. Débouchez les tuyaux de lavabo avec de l’eau chaude mélangée avec des produits désincrustants. Puis, décrassez chaque recoin avec de la brosse rigide et repassez avec le chiffon en microfibre. Pour la baignoire, il existe des produits spécialement dédiés pour cela.

N’oubliez pas de faire les tris sur les boites vides, les tubes de dentifrice, les emballages de savon et les serviettes que vous n’utilisez plus. Sachez qu’il est indispensable d’exposer les serviettes au soleil pour tuer les bactéries. Profitez du grand nettoyage de printemps pour laver vos linges de maison. Ils doivent être repassés pas seulement pour l’esthétique, mais également pour tuer les microbes et les virus.

Confiez les travaux aux professionnels

Vous pouvez passer beaucoup de temps à astiquer toutes les pièces de la maison surtout si cette dernière est grande. Si vous n’avez pas quelqu’un pour vous aider, c’est encore plus difficile. Pour une fois dans l’année, faire appel aux professionnels de nettoyage comme Claude Léger Service & Entretien.

De fond en comble, leurs aides ne peuvent que vous faire du bien. Ainsi, vous n’aurez pas à dépenser pour des produits de nettoyage onéreux, car ils ont tous les produits et les équipements nécessaires pour faire briller chaque pièce de votre maison. Les plus professionnels ont tous les équipements nécessaires pour ce genre de travaux comme des camions-usines pour le nettoyage de tapis, de grandes échelles pour atteindre les coins en hauteur, des bâtons télescopiques pour le lavage de vitre ainsi que de la récureuse et polisseuse à plancher. Leurs procédés de nettoyage sont plus que satisfaisants et vous n’aurez pas à vous fatiguer.

ParSylvie Gamel

L’essentiel sur la gouttière

La gouttière est à la fois un élément décoratif et pratique. Sans elle, votre bâtiment risque de subir des dommages comme l’humidité, la formation de mousse, le ruissellement d’eau sur les murs et l’éclaboussure. Mais qu’est-ce qu’une gouttière ?

Les éléments constitutifs

  • Les crochets

Une gouttière comprend, avant tout, des crochets qui peuvent être fabriqués en cuivre, en acier, en zinc, en PVC ou en alu. Pour une gouttière pendante, la fixation des crochets s’effectue directement sur le bandeau ou les chevrons, par l’intermédiaire d’une hampe ou d’un étrier. En revanche, pour un chéneau rampant, les crochets sont posés sur une bande de doublis, une bande à ourlet ou sur la partie supérieure du chevron.

Quoi qu’il en soit, pour la pose des crochets, vous devez prévoir une pente de 5 mm par mètre et une distance de 40 et 50 cm entre eux.

  • Les descentes

La descente peut être considérée comme un système de récupération ou d’évacuation des eaux de pluie. Elle comprend des tuyaux qui mesurent entre 1 et 3 m et dispose d’un diamètre de 50, 60 ou 100 mm. Un coude est également nécessaire à cette installation pour faciliter l’orientation de la descente d’eau. Une descente est, en outre, constituée de cuvettes sous forme de V qui se jette dans le collecteur. Pour fixer ces éléments, vous avez besoin de colliers ou de fixations.

Pour relier les différents éléments de la descente entre eux, utilisez des manchons ou des bagues. Pensez à ajouter des protections pour gouttière : crapaudine, stop-feuilles, etc.

  • Les collecteurs

Les collecteurs, comme son nom l’indique, servent à collecter les eaux de pluie afin de les évacuer ou de les récupérer. Ils se trouvent souvent sur la descente.

Les différents types

  • La gouttière pendante

La gouttière pendante se situe sur l’égout ou le bandeau de la toiture. Elle s’adapte à tous types de toit. Elle existe en de nombreux modèles : gouttière carrée, gouttière moulurée, gouttière lyonnaise et gouttière à l’anglaise.

  • La gouttière rampante

La gouttière rampante se fixe sur la corniche ou sur une partie plus élevée de la toiture. Elle vous offre de nombreuses options en matière de forme : gouttière nantaise, gouttière ardennaise et gouttière havraise.

Les matériaux

La gouttière est fabriquée à partir de nombreux matériaux, y compris le zinc. D’ailleurs, la majorité des gouttières sont conçues avec ce matériau en raison de sa résistance, sa polyvalence et sa longévité. La gouttière en alu dispose aussi d’une longue durée de vie et d’une bonne résistance. Elle est, en outre, disponible en plusieurs couleurs et formes.

Pour un budget serré, optez pour une gouttière en PVC. Avec une pose moins complexe, vous pouvez vous-même vous en occuper. Cette gouttière dure environ dix ans. Privilégiez un modèle en acier si vous vous situez dans une région aux grandes variations de température. Cependant, elle rouille rapidement.

Pour un budget assez conséquent, installez une gouttière en cuivre. Le mètre linéaire coûte dans les 30 euros. Sa pose demande l’intervention d’un professionnel tel que GOUTTIÈRES SAGUENAY.

Les dimensions

La détermination des dimensions d’une gouttière dépend de leur profilé, de leur développé et de leur diamètre. Vous avez le choix entre la gouttière carrée en alu et la gouttière demi-ronde en zinc, en PVC ou en acier. Pour les toitures avec une surface maximale de 80 m², installez le premier modèle avec 300 mm de développé. Pour une maison avec 100 m² de surface, privilégiez un modèle avec un développé de 325 mm. Au-delà de 150 m² de surface de toiture, prenez les modèles avec un développé de 380 mm ou 400 mm.

Pour une gouttière demi-ronde en acier, en zinc ou en PVC, choisissez entre le modèle avec un développé de 25 cm pour les toitures avec 80 m² et le modèle de 33 cm pour les toits plus de 80 m² de surface.

ParSylvie Gamel

Quelques solutions pour nettoyer une moquette

La moquette est un revêtement de sol élégant et classe. Elle est surtout très agréable pour les pieds nus et permet un effet insonorisant de la pièce. Pour préserver sa qualité et assurer sa longévité, il est important d’en prendre bien soin. Voici quelques solutions que nous vous proposons.

Le nettoyage à sec

Le nettoyage à sec est une solution rapide, moins chère et qui permet d’empêcher l’humidité résiduelle. Généralement, on utilise des machines spéciales et quelques produits chimiques. Pour cette opération, on pulvérise le produit chimique sur la moquette. Celui-ci décomposera les saletés qui seront ensuite éliminées par aspiration. Il existe trois produits pour ce nettoyage à sec.

– La mousse sèche qui consiste à appliquer du shampoing sur la moquette et à le laisser sécher à l’air libre. Une fois sèche, la mousse du shampoing fixera les saletés et il suffira ensuite de la gratter et de l’aspirer.

– Le procédé par tampon absorbant. Ici, le produit chimique est mélangé avec une petite quantité d’eau gazeuse avant d’être pulvérisé sur la moquette. On frottera ensuite la moquette d’une manière rotative avec un dispositif tampon. La saleté de la moquette disparaîtra grâce à ce mélange et à la carbonatation.

– La méthode par la poudre absorbante consiste à saupoudrer la moquette d’une poudre biodégradable. Humide, elle absorbera les tâches polluantes. Une fois sèche, il suffit de l’aspirer et la moquette sera comme neuve.

Le nettoyage de moquette vapeur

Pour un nettoyage en profondeur, cette technique est la plus recommandée. Pour y procéder, il faut pulvériser de fines gouttelettes d’eau chaude (généralement à 200° ou moins selon le type de moquette) et de détergent sur la moquette. Les saletés incrustées dans les fibres remonteront automatiquement à la surface. Et le tout sera alors aspiré par un pulvérisateur via une technique d’aspiration très puissante. Cette technique de nettoyage a l’avantage d’avoir une puissance optimisée et réduit le temps de séchage de la moquette. Mais avant de choisir cette méthode, il est important de se renseigner sur les propriétés de la moquette. En effet, certains modèles s’abîment facilement après le nettoyage, car ils ne supportent pas la puissance des machines utilisées.

Le nettoyage par injection-extraction

Si la moquette ne craint pas l’eau, cette méthode est vivement recommandée. Et oui, les injecteurs-extracteurs sont parfaits pour le nettoyage en profondeur, et le résultat est garanti. La technique consiste à projeter de l’eau avec un produit et/ou de la vapeur à haute température et à l’aspirer directement après. C’est le moyen le plus efficace, mais le petit hic est que le temps de séchage peut aller jusqu’à 8 h. N’empêche que le nettoyage par injection-extraction reste le numéro un dans l’industrie de nettoyage par extraction à la vapeur. Et en plus, il est possible de réduire la durée de séchage de 20 minutes grâce à l’encapsulation. Cependant, le coût sera plus élevé puisque les appareils utilisés (auto-laveuse pour moquette) sont très chers.

Le nettoyage anti-acariens

Cette méthode ressemble à peu près au nettoyage à sec, mais seul le produit change. Ici, il faut du bicarbonate de soude. Durant l’opération, il faut étaler ce produit et le pénétrer profondément dans la moquette à l’aide d’une brosse à poils doux. Comme avec la technique du nettoyage à sec, il faut tout simplement attendre que le produit sèche et fasse effet, avant d’aspirer. C’est un excellent moyen de neutraliser les acariens dans la moquette. Il est recommandé de l’effectuer une à deux fois par mois. Cependant, pour se protéger des éventuelles usures, il faut ajouter un produit protecteur au mélange. Il permettra à la moquette de durer.

Votre spécialiste du nettoyage industriel

Vous appartenez au secteur tertiaire, commercial, industriel ou médical ? La compagnie LUSTRA’SOL est à votre service. Afin de redonner vie à vos moquettes, elle met à votre disposition une équipe spécialisée qui travaille exclusivement avec du matériel performant et des produits d’entretien de qualité. Finies les taches d’huile ou de graisse ! Vos moquettes respireront l’hygiène et la propreté. N’hésitez pas à la contacter, elle propose ses services de nettoyage dans tout le département des Yvelines.

ParSylvie Gamel

Recrutement bâtiment : comment être sûr d’avoir le bon candidat ?

Que ce soit pour un projet professionnel ou personnel, c’est toujours un casse-tête de trouver le bon candidat pour s’occuper de la réalisation de son bâtiment. En effet, le secteur n’a pas bonne réputation ces dernières décennies avec toutes les malfaçons et les vices cachés dans certaines constructions. Le plus triste dans cette histoire c’est qu’aucun acteur de ce secteur n’est épargné. Entrepreneurs, artisans et ouvriers ont connus leur lot de malhonnêteté. À croire qu’il ne reste plus un seul professionnel du métier digne de confiance. Voilà quelques astuces pour vous permettre de fixer un choix que vous ne risquerez pas de regretter.

Vérifier les avis et appels à témoin sur le Net

Bien que les avis soient de plus en plus controversés présentement à cause de ceux qui sont payés pour dire du bien d’un tel ou tel enseigne, ils n’en ont pas pour autant perdu toute sa vertu. Cela dit, il faut savoir différencier le vrai du faux, c’est-à-dire distinguer les avis sincères d’un client satisfait d’un internaute payé pour vendre la prouesse d’une entreprise. C’est assez facile d’y arriver parce que ces derniers ont tendance à tomber dans des louanges de styles dithyrambiques. Alors que les premiers pourront donner des précisions sur le projet pour lequel ils sont satisfaits de la prestation de l’entreprise en question.

D’autre part, vous pouvez aussi vérifier s’il n’y a pas d’appel à témoin pour l’entreprise qui figure parmi la liste de votre choix possible. Il y a beaucoup de cas comme ça sur la toile, que ce soit dans les forums ou sur les réseaux sociaux. Vous pouvez alors lire les commentaires des gens concernés par les malfaçons ou autres problèmes de construction perpétrés par les artisans ou entrepreneurs dont le sujet parle. Vous pouvez même aller plus loin en discutant directement avec ses « victimes » pour s’assurer s’il s’agit d’un cas isolé ou bien c’est vraiment la manière de faire de ces prestataires. C’est sûr qu’après cette démarche vous aurez une idée précise sur la qualité de service d’une entreprise de bâtiment donnée.

Confier son recrutement à un cabinet spécialisé

Faire le tour du Net pour en savoir plus sur des professionnels du bâtiment marche bien pour un projet de construction individuelle ou personnelle, mais dans le cadre d’un projet professionnel il y a d’autre façon de faire. Pour un contrat qui ira au-delà d’une seule construction de bâtiment, vous ferez mieux de confier le recrutement bâtiment à un cabinet spécialisé dans ce secteur. L’intervenant doit bien être spécialisé, car il ne faut pas confier ce recrutement à n’importe quel cabinet. Il faut quelqu’un qui connait bien le métier pour mieux juger de la compétence de l’individu ou de l’entreprise. Cela va bien au-delà d’une simple connaissance en ressource humaine.

Des cabinets comme INTERIM TK font figure de référence pour ce qui est du recrutement BTP à Nantes depuis plus de 20 ans. C’est le genre de cabinet qui sait vous offrir du personnel qualifié, le placer et même faire son suivi si vous en avez besoin. Ainsi, vous serez épargné de toutes déceptions, car le suivi permet de corriger certaines choses qui ne seront pas encore en ordre ou qui ne suivent pas les normes. À défaut, le cabinet peut se débarrasser des récidivistes s’il y en a encore à ce niveau. Mais au cas où cela arriverait, les dégâts et les impacts négatifs ne seront que minimes puisque le suivi mis en place par le cabinet permet de corriger en temps et en heure tout ce qui ne va pas. Ainsi, vous avez l’assurance que vos démarches de recrutements seront réalisées dans les meilleures conditions.

ParSylvie Gamel

Pourquoi choisir le carrelage en revêtement ?

Pour habiller vos sols et vos murs, le carrelage est un choix à envisager. De plus en plus apprécié par le plus grand nombre, ce revêtement de sol est pratique, résistant dans le temps et facile d’entretien. Esthétique à lui seul, il permet également d’embellir rapidement une pièce. Zoom sur ses qualités et caractéristiques.

1. Un revêtement décoratif

Le carrelage comme revêtement est intéressant à plusieurs égards, particulièrement au niveau esthétique. Fabriqué en céramique, en terre cuite, en faïence, ou en grès, mais aussi en marbre ou en ciment, il permet une grande personnalisation. Outre les matériaux, il offre également une multitude de choix en matière de couleurs et de motifs. Grâce aux nombreux illustrations, ornements et couleurs que le carrelage offre, vous avez la possibilité de personnaliser chacune de vos pièces selon votre style et vos goûts. Votre imagination sera la seule limite.

2. Un revêtement qui s’adapte partout

Le carrelage peut être posé dans tous types d’intérieur et sur de multiples supports. Il s’intègre à toutes les pièces et à tous les styles. Dans la salle de bains, un carrelage grands carreaux peut être posé au sol et une mosaïque, au mur. Le carrelage en terre cuite peut être associé aux tomettes et aux carreaux de ciment pour un effet traditionnel revisité. Le carrelage embellit les intérieurs aux styles rustiques et apporte plus d’élégance à ceux aux décorations modernes.

Le carrelage peut aussi être posé en extérieur. Il donnera du cachet à votre terrasse et mettra en valeur votre jardin.

3. Un revêtement facile à nettoyer

Comparé aux autres revêtements de sol comme le parquet par exemple, le carrelage est beaucoup plus facile à entretenir. Le carrelage est la solution saine et hygiénique par excellence. Il ne se tache pas notamment grâce à son émaillage. Quel que soit le modèle choisi, son entretien est ultra facile même si cela doit être régulier. Un peu de détergent et d’eau suffit pour garder un carrelage propre et en bon état. Par ailleurs, le carrelage sèche rapidement. En plus, il ne craint pas l’eau. De ce fait, il trouve bien sa place en cuisine et dans les salles de bain.

4. Un revêtement durable et solide

Le carrelage présente, en outre, une résistance à toute épreuve : il ne craint ni les chocs, ni les rayures et affiche une bonne résistance aux températures extrêmes ainsi qu’au feu, un véritable atout sécurité. Et à l’inverse du bois ou du parquet, il ne bouge pas dans le temps et ne craint pas d’être attaqué par des insectes.

Il faut seulement que lors de l’achat, vous faites bien attention à la qualité de fabrication pour assurer un résultat fiable.

5. Un revêtement isolant

La solidité du carrelage lui confère des propriétés isolantes. Pour optimiser le confort phonique et thermique de votre maison, il représente aussi un excellent choix.

6. Pour une pose réussie

Pour mener à bien la pose de votre carrelage, faire appel à un spécialiste dans le domaine est vivement recommandé. La pose de votre revêtement doit être réalisée de façon impeccable. L’entreprise Ferrand Philippe et Fils, carreleur à Carcassonne depuis 1976, est à votre disposition. Faire appel à ses services vous assure un travail de qualité, en temps et en heure. De plus, son équipe peut vous donner des astuces et des conseils quant au choix du modèle, au type de pose et à l’entretien du carrelage.

Vous habitez dans une autre ville ? Trouver un carreleur professionnel n’est pas difficile grâce à Internet. Il suffit que vous effectuez une recherche en précisant votre ville et comparez les offres. Vous aurez l’embarras du choix.

ParSylvie Gamel

Le diagnostic immobilier, pour des transactions plus sûres

On retrouve souvent le terme « diagnostic immobilier »  dans le cadre d’une vente ou d’une location d’un bâtiment : maison individuelle, appartement, logement en copropriété, commerce, etc. Réaliser un diagnostic immobilier, c’est permettre aux futurs acquéreurs ou locataires de connaître certains aspects du bâtiment. En quoi consiste réellement le diagnostic immobilier ? Quels sont les points à prendre en compte ? Le diagnostic immobilier, est-ce obligatoire ? Qui est le professionnel à contacter pour réaliser le diagnostic ? Nous allons nous pencher sur ces questions.

Quel est le rôle du diagnostic immobilier ?

Le diagnostic immobilier constitue un état des lieux des caractéristiques générales d’un bâtiment et des installations présentes. Au-delà d’un simple inventaire, le diagnostic vise à détecter certaines anomalies concernant les configurations du bien immobilier. Il est à préciser que l’opération est à la charge du propriétaire. En effet, le diagnostic aboutit à un bilan de l’état du bien. Une fois sa mission achevée, le diagnostiqueur devra transmettre au propriétaire le Dossier de Diagnostic Technique ou DDT relatant son investigation. En France, le propriétaire doit remettre ce fichier à l’acheteur ou au locataire, au plus tard le jour de la signature de l’acte de vente ou de location. Une fois que le vendeur a remis le dossier, ce dernier est exonéré de la garantie des vices cachés. Le diagnostic immobilier éteint donc toute action en annulation du contrat, de vente ou de location, fondée sur les défauts d’un bien.

Quels sont les points à prendre en compte lors du diagnostic ? Tous les diagnostics sont-ils obligatoires ?

Le diagnostic immobilier se focalise sur des critères bien précis.

Cette étude vise à connaître le niveau de consommation et la quantité de gaz à effet de serre émise par le bâtiment. Dans le cadre d’un contrat de vente ou de location immobilière, le DPE est obligatoire.

  • Le diagnostic gaz

Ce dernier porte sur le contrôle des installations de gaz existantes depuis plus de 15 ans. Le but du diagnostic est de déceler d’éventuelles fuites de gaz dans la propriété.

  • Le diagnostic électricité

Il s’agit d’un contrôle de conformité des installations électriques réalisées depuis plus de 15 ans.

  • Le diagnostic plomb

Pour les bâtiments construits avant le 1er Janvier 1949, le diagnostic est obligatoire, qu’il s’agisse d’une vente ou d’une location. En effet, une forte concentration de plomb dans la maison présente un réel risque pour la santé. C’est pourquoi, les futurs acquéreurs et locataires ont le droit d’obtenir des informations à ce sujet.

  • Le diagnostic amiante

Obligatoire pour les immeubles bâtis avant 1997, ce diagnostic permet d’informer les acheteurs ou locataires concernant la présence d’amiante dans la maison.

  • Le diagnostic assainissement individuel

Ce type de diagnostic concerne uniquement les bâtiments non raccordés au système d’assainissement collectif. Le contrôle porte sur la conformité aux normes du système d’épuration individuelle.

  • Le diagnostic termites

Seuls les immeubles situés sur une zone exposée aux termites sont soumis à ce genre de contrôle.

  • Le diagnostic risques naturels et technologiques ou ERNT

Il s’agit d’un ensemble d’étude visant à informer l’acheteur ou le locataire des risques de danger (catastrophes naturelles et/ou activités industrielles dangereuses) du fait de la situation géographique du bien. Ce diagnostic peut être réalisé par le propriétaire en remplissant un formulaire bien précis.

  • Le diagnostic Loi Carrez

S’agissant de la vente ou de la location d’un logement en copropriété, ce diagnostic permet de calculer et d’authentifier la surface réelle de l’habitat.

Qui faire appel pour réaliser les diagnostics ?

Étant donné le rôle capital du DDT, au niveau de la sécurité des occupants de la maison et du contrat, les diagnostics doivent être effectués par des professionnels accrédités. Pour ce faire, DIAGNOSTIC IMMMOBILIER 28, dispose des certifications et accréditations requises pour effectuer l’ensemble des diagnostics (énergétique, thermograhie, amiante, plomb, gaz, électricité). L’entreprise intervient à Senonches et ses environs.

 

 

ParSylvie Gamel

Toiture solide et esthétique : Les matériaux phares à privilégie

Vous souhaitez conférer un look contemporain à la cinquième façade de votre maison ? Vous souhaitez bénéficier d’une isolation performante ? Vous avez le choix entre différents matériaux tout aussi résistants, durables qu’esthétiques. Découvrez quelques-uns à travers ce guide. 

Les toitures en tuile

La tuile est le matériau le plus utilisé pour la toiture en France. Elle est appréciée pour sa solidité, sa résistance aux aléas climatiques, sa durabilité et son esthétisme. La tuile se décline également sous plusieurs formes : plate, demi-cercle, à emboîtement et sans emboîtement. Il existe également plusieurs variétés de tuiles : tuiles mécaniques, tuiles romanes, tuiles petit ou grand moule, etc.

Les toitures en ardoise

La toiture ardoise est très résistante aux intempéries, recyclable et possède un bon niveau d’isolation thermique. Ce matériau est surtout prisé pour sa durée de vie qui dépasse 100 ans. Par ailleurs, l’ardoise apporte un cachet unique au bâti et se décline sous plusieurs couleurs, allant de la noire à la noire bleutée. Elle est surtout utilisée en Pays de Loire, dans les Ardennes, à Paris et en Bretagne.

Les toitures en métal

Si vous appréciez le métal, vous pouvez choisir entre différents matériaux comme l’aluminium, le zinc et l’acier. Le métal est très apprécié pour sa résistance, son étanchéité, sa légèreté et sa durée de vie. Il peut également être utilisé pour couvrir un toit à faible pente comme un toit à forte pente. C’est aussi un matériau qui s’adapte à tous les styles architecturaux.

Les toitures en shingle

Il s’agit d’un matériau souple constitué de fibres de verre et recouvert de bitume. Il ressemble de très près à l’ardoise avec sa finition en granulés noirs ou colorés. Ce matériau est très résistant au feu et s’adapte à toutes les pentes de toit. Cependant, la longévité n’est pas de mise, puisque le shingle doit être remplacé environ tous les 25 ans. Son utilisation est plutôt conseillée pour couvrir le toit d’un garage, d’une dépendance, d’une cabane ou d’un abri de jardin.

Les toitures végétalisées

Opter pour une toiture végétalisée, c’est faire un choix écologique. C’est un matériau de toiture constitué de plantes, de substrat de croissance, de tissu filtrant pour les racines, de couche de drainage spécifique, puis d’une membrane imperméable pour la couverture, le tout déposé sur un toit en béton. Il est même possible d’intégrer un système d’arrosage à une toiture végétalisée. Ce type de couverture est apprécié pour ses capacités élevées en isolation thermique et phonique. Il requiert également très peu d’entretien.

Ce qu’il faut faire avant de choisir le matériau pour votre toiture

Avant de choisir le matériau pour votre toiture, il est important de vérifier les règles d’urbanisme en vigueur dans votre commune. En effet, pour des raisons d’uniformité, de nombreuses communes en France n’autorisent que l’emploi d’un seul matériau pour la couverture des toitures de tous les logements. A titre d’exemple, la lauze est un matériau de couverture très privilégié dans les communes du centre de l’Hexagone, tandis que l’ardoise est utilisée dans le massif Central, en Île-de-France et en Bretagne.

Pour la pose de votre toiture, il est conseillé de faire appel à un couvreur professionnel. C’est l’assurance de bénéficier d’une prestation de qualité et réalisée dans les délais. Cet artisan possède les compétences nécessaires pour réaliser les travaux et maîtrise les techniques de pose spécifique à chaque matériau. Il peut également s’occuper des travaux d’isolation et d’étanchéité de votre toiture. Si vous êtes à la recherche d’un professionnel reconnu pour son savoir-faire et son expérience, adressez-vous à la société Feron.

ParSylvie Gamel

Les travaux de terrassement, indispensables pour tout projet de construction

Avant de se lancer dans la construction d’une maison, il est primordial de terrasser le terrain. Cette opération consiste à enlever les roches, l’argile et le verre se trouvant dans le sol. D’une manière générale, les travaux de terrassement visent à débarrasser le terrain des débris qui pourraient gêner le coulage des fondations du bâtiment.

Pourquoi le terrassement est-il incontournable ?

Le fait de terrasser le sol reste le meilleur moyen pour avoir une maison stable. En l’absence de cette intervention, le terrain risque de s’effondrer. Les travaux de terrassement diminuent aussi le risque de glissement ou de tassement du sol. C’est pour ces précédentes raisons qu’il est préférable de ne pas négliger cette étape.
Il est difficile, voire impossible, de parler de terrassement sans évoquer les termes : « remblai » et « déblai ». La première opération consiste à rajouter de la terre pour mettre le terrain au même niveau. Par contre, la seconde vise à creuser le sol à des endroits précis afin d’y couler les fondations de la maison. C’est pourquoi « le déblai » est également connu sous l’appellation de « l’étape des fouilles ».

Comment se déroule le terrassement ?

Pour réaliser correctement des travaux de terrassement à Montélimar, il ne suffit pas de remblayer et de déblayer. Effectivement, il faut aussi passer le piquetage, l’évacuation des eaux, le décaissement et le remblaiement.
Le piquetage : Il s’agit d’une opération qui a pour but la mise en place des piquets afin de délimiter la zone constructible. Cette dernière ne doit en aucun cas dépasser les limites de la propriété. Le piquetage reste aussi le meilleur moyen pour repérer et conserver les installations existantes comme les canalisations.
L’évacuation des eaux : Cette étape est cruciale pour protéger le sol contre l’humidité et les effondrements pendant la saison pluviale. Pour évacuer les eaux, il faut creuser un sillon, à l’intérieur duquel s’écouleront les eaux de pluie. Cette phase inclut également la mise en place des canalisations.
Le décaissement : Lors de cette troisième phase, on se focalisera uniquement sur les fouilles. Le décaissement consiste à creuser la terre jusqu’à ce que vous ayez une couche suffisamment solide pour supporter les fondations.
Le remblaiement : C’est la dernière étape d’un chantier de terrassement. Cette opération vise à stabiliser le terrain. Pour ce faire, on utilisera certains matériaux pour boucher les trous dans le sol.
Pour parfaire les travaux de terrassement, il est recommandé de prendre contact avec les experts de la société COBAT BBC CONSTRUCTIONS.

Quel budget pour terrasser un terrain ?

Cette question est fréquemment posée par les propriétaires. Il est tout à fait logique de vouloir connaître le coût des travaux de terrassement avant de se lancer dans un projet de construction. Cependant, il n’existe aucune grille tarifaire universelle à ce sujet. Le prix de cette intervention dépendra de plusieurs paramètres. Tout d’abord, on distingue la nature du sol. Terrasser un terrain rocheux nécessitera l’utilisation d’engins spécifiques, ce qui coûtera plus cher. Ensuite, on retrouve la situation géographique de la propriété. Les tarifs peuvent aussi varier d’un artisan à un autre. Dans la majeure partie des cas, il faut prévoir un budget compris entre 25 € HT et 55 € HT par mètre cube.
En raison de l’importance des travaux de terrassement pour une construction, ils ne doivent en aucun cas être négligés. Par ailleurs, pour obtenir un résultat à la hauteur de vos attentes, il est crucial de confier cette intervention à des professionnels. Cela vous évitera les fissures au niveau des murs et optimisera la durée de vie de votre maison.