Archive de l’étiquette construction

ParSylvie Gamel

Parlons des avantages de louer un échafaudage

Les travaux de construction et denovation en hauteur nécessitent généralement l’utilisation d’un échafaudage. Les échafaudages sont des structures squelettiques entourant un ou plusieurs côtés d’un bâtiment. Ils facilitent l’accès aux différents étages. Actuellement, certaines sociétés proposent de louer des échafaudages clé en main. Mais quels sont véritablement les avantages de la location pour réaliser un chantier ? Vous saurez tout en lisant cet article.

Les différents types d’échafaudages

Il existe deux grands types d’échafaudages :

– les échafaudages mobiles

Ce sont des échafaudages munis de roues. Les échafaudages mobiles sont les échafaudages à roue, pliant et pour escalier.

– les échafaudages fixes

Ils sont fixés au sol par leurs pieds. On distingue deux sortes d’échafaudages fixes : les échafaudages suspendus et les échafaudages sur-mesure.

Les points à vérifier avant de choisir un échafaudage

Avant de choisir un échafaudage, vous devez commencer par mesurer les dimensions du bâtiment ou de votre chantier. Pour cela, utilisez un ruban à mesurer et calculez la surface totale sur laquelle l’échafaudage devra être placé. N’oubliez pas de prendre en compte les angles du bâtiment. Prévoyez également une certaine distance d’environ 1 à 2 mètres sur chaque côté du bâtiment.

Vous devez aussi mesurer la hauteur à laquelle l’échafaudage doit monter.

Pour être sur de vos mesures, n’hésitez pas à demander de l’aide auprès d’un architecte.

Les avantages de louer un échafaudage

En choisissant la location d’échafaudages, vous pourrez profiter d’un coût moins élevé que lors d’un achat. Toutefois, la location doit s’appliquer aux emplois à court terme comme la rénovation de bâtiment, la réalisation de travaux de peinture, la réparation de fissures, le remplacement de fenêtres, la plomberie extérieure, etc.

Vous n’aurez pas non plus à vous soucier de l’endroit où vous stockerez votre échafaudage une fois le chantier terminé.

Les étapes à suivre pour une location d’échafaudages

Avant de louer un échafaudage, n’oubliez pas de comparer les prix de plusieurs services de location. Vous pouvez en trouver de très bon sur internet.

Demandez le prix de la location par unité, puis comparez-le à vos mesures (la longueur, la largeur et la hauteur dont vous avez besoin).

Vous devez également prendre en compte la durée de votre chantier. Si la durée est importante, il peut y avoir un rabais ou une offre spéciale. Assurez-vous, en outre de connaître tous les frais de retard ou cachets applicables si votre projet doit être prolongé.

Louer chez un professionnel

Certains professionnels du bâtiment disposent de nombreux échafauds prêts à l’emploi. C’est le cas de l’entreprise MCM Échafaudage. Elle possède de nombreux modèles d’échafaudages tels que les structures pour façade fixe, multidirectionnelles, etc.

Ses échafaudages sont conformes aux normes françaises. De plus, son équipe peut se charger du montage et du démontage une fois votre chantier abouti. N’hésitez pas à la contacter et à bénéficier de ses expériences.

Réglementation concernant l’utilisation des échafaudages

Les travaux réalisés sur des échafaudages sont généralement des travaux en hauteur. Voilà pourquoi, le montage et le démontage d’un échafaudage sont très réglementés.

Ces équipements ne doivent être montés ou démontés que sous la direction d’une personne compétente et par des travailleurs qui ont reçu une formation adéquate et spécifique. De plus, la notice de fabrication et le plan du montage ou du démontage ainsi que toutes les instructions d’utilisation doivent toujours être à portée de main.

Le propriétaire du chantier doit penser à des protections anti-chutes pour les ouvriers, comme l’installation de gardes-corps et le port de casques de protection.

De plus, pour plus de sécurité, un périmètre de 10 mètres autour de la zone du chantier doit être délimité et converti en accès non-autorisé.

ParSylvie Gamel

Guide pour votre projet de maçonnerie

La maçonnerie est une étape très importante dans la construction ou la rénovation d’un bâtiment. Vous souhaitez en savoir plus sur les différents travaux à réaliser dans le domaine de la maçonnerie ? Vous avez un projet de construction ou de rénovation et vous ne savez pas à qui vous adresser pour le concrétiser ? Cet article est fait pour vous.

Définition de la maçonnerie

La maçonnerie, c’est l’art de bâtir une structure par l’assemblage de différents matériaux : brique, pierre, carrelage, etc. Elle fait partie de ce qu’on appelle gros œuvre et figure parmi les corps du métier les plus importants dans le domaine du bâtiment. C’est un procédé à réaliser avec soin et précision, car c’est ce qui va conditionner la solidité, la pérennité et la durabilité de la structure toute entière. Pourtant, le savoir-faire dans ce domaine n’est pas donné à tout le monde. Seuls les maçons habilités possèdent le savoir-faire nécessaire et maîtrisent les différentes techniques utilisées dans ce corps du métier.

Les différentes tâches réalisées par le maçon

Le maçon est le premier intervenant dans la construction d’une maison. Son intervention fait suite à celle d’un terrassier qui aura préparé le terrain. Il réalise les travaux de maçonnerie à partir des directives ou des plans du géomètre ou de l’architecte, tout en respectant les normes de construction en vigueur. Par ailleurs, un maçon peut intervenir sur des chantiers de démolition, de rénovation et d’agrandissement.

– Travaux de maçonnerie en neuf

Le travail d’un maçon commence dès la mise en place des échafaudages et des fondations. Il coule les fondations et la dalle, réalise les tracés, le ferraillage et les repérages. Ensuite, il met en place l’ossature ou le squelette du bâtiment. Ce professionnel du bâtiment peut également réaliser les coffrages et des moulages pour les pièces en béton armé pour fabriquer des sols par exemple.

Il s’occupe du montage de différents éléments porteurs : dalles, poutrelles, cloisons, planchers, panneaux de façades, murs, etc. Le maçon doit également maîtriser la pose et le scellage de panneaux préfabriqués comme les corniches, les ébrasements, les linteaux et les escaliers. Il applique des enduits sur les murs intérieurs et extérieurs.

Le maçon maîtrise aussi la fabrication des éléments nécessaires au maintien et à l’enveloppe du bâtiment : mortier, ciment, plâtre, résine… Selon le type du projet, il utilise différents types de matériaux de construction : briques, pierre, paille, torchis, bois, métaux, bétons, moellons et matériaux composites.

Dans certaines régions, le maçon peut faire office de charpentier et de couvreur en coordonnant les travaux de toiture.

– Travaux de maçonnerie dans le cadre d’un aménagement extérieur

Désormais, on entend parler de maçonnerie paysagère. Dans cette catégorie, le maçon effectue la création d’escaliers, de jardins, de terrasses, d’allées, de pavage, de piscines, etc. Au niveau du secteur public ou municipal, les services d’un maçon englobent la création de parcs, de terrains de sport, etc.

– Travaux de maçonnerie dans le cadre d’une rénovation

Vous pouvez également faire appel à un maçon pour un projet de rénovation. Il maîtrise différentes techniques : traitement des murs, réparation des fissures, rénovation des enduits, drainage, reprise de scellements… Il peut également prendre en main la modification ou l’agrandissement ainsi que la démolition d’un bâtiment existant (ajout d’étages, surélévation de toits). En cas d’un éboulement ou d’une infiltration d’eau, cet artisan pourra également effectuer tous les travaux de réparation et de réfection nécessaires.

L’entreprise de maçonnerie qu’il vous faut

Pour être sûr de bénéficier d’un travail bien fait, mieux vaut choisir les services d’une entreprise de maçonnerie reconnue et membre de l’APCHQ comme la compagnie D.R. MAÇONNERIE à Longueuil. Avec son équipe de maçons compétents et expérimentés, elle peut vous accompagner dans toutes les étapes de votre projet. C’est le choix d’un meilleur service au meilleur prix. Que demander de mieux ?

ParSylvie Gamel

Les critères de choix d’un bon maçon

L’intervention d’un maçon dans la construction ou l’agrandissement d’une maison est indéniable, voire obligatoire. C’est lui qui va réaliser les fondations et les murs. Il est donc le garant de la stabilité de la structure toute entière. Le bon déroulement de la suite du chantier va dépendre de la qualité de son travail. Mais comment trouver un bon maçon, sérieux et compétent ? Ce n’est pas toujours facile de s’y retrouver, surtout quand on n’y connaît rien. Dans cet article, vous découvrirez quelques critères pour vous aider à trouver le professionnel qu’il vous faut.

Définissez bien votre projet

Avant de choisir votre maçon, il est indispensable de bien définir votre projet. S’agit-il d’une construction ou d’un agrandissement ou d’un aménagement paysager ? S’agit-il de gros œuvre ou de second œuvre ? Si vous projetez d’effectuer des petits travaux, un ou deux maçons suffiront pour prendre en main la totalité des travaux. Cependant pour le cas d’une construction neuve ou des travaux de grande envergure, il convient d’avoir recours aux services d’une entreprise générale du bâtiment ayant les moyens humains et matériels adéquats comme EFC à Auchel. Elle peut intervenir sur des travaux de maçonnerie de toute envergure.

Les qualifications et les diplômes

Choisissez un maçon habilité et compétent afin d’obtenir un travail de qualité. Vérifiez qu’il a bien les qualifications requises. N’hésitez pas à lui demander de vous présenter ses diplômes afin de vous faire une idée sur les formations qu’il a suivies et ses compétences. Sachez qu’il existe différentes formations à suivre pour pouvoir exercer le métier de maçon :

– CAP maçon

– CAP constructeur en béton armé du bâtiment

– CAP constructeur en ouvrage d’art

– Bacc Pro technicien du bâtiment organisation et réalisation de gros œuvre

– Bac Pro interventions sur le patrimoine bâti

– BP maçon

– BP Construction en maçonnerie et béton armé

– MC restauration du patrimoine architectural, option gros œuvre

– MC béton prêt-à-l’emploi

La renommée et la référence

Avant de choisir un maçon, vous devrez avoir déjà une idée sur son sérieux parce qu’un membre de votre entourage ou des amis ont déjà fait appel à lui et ont été satisfaits de son travail. Rien ne vaut le bouche-à-oreille pour bien choisir un professionnel. Un artisan qui travaille bien a forcément une bonne réputation. Renseignez-vous au maximum sur l’entreprise afin d’éviter les mauvaises surprises. Vous pouvez aussi consulter les infos du net. En effet, pour certains clients, il est plus facile de se fier à un professionnel ou à une entreprise visible sur les moteurs de recherches et connu du grand public sur les réseaux sociaux.

Tarifs et devis

Le prix reste un des facteurs déterminants dans le choix de votre maçon. Présentez le budget dont vous disposez pour les travaux. C’est à partir de cette information que le professionnel va établir un devis précis et détaillé. Il est conseillé de choisir les services d’un maçon proposant un tarif horaire. Ce tarif peut varier d’un professionnel et d’une région à l’autre, mais aussi en fonction des matériaux et des types de finition souhaités. Demandez également si le déblaiement et l’évacuation des gravats sont compris le devis. Afin de trouver les tarifs les plus adaptés à votre budget, n’hésitez pas à faire des comparaisons. Par exemple, pour une rénovation immobilière à Auche, vous allez recevoir des devis différents, et ce, pour le même projet. Après, vous pouvez faire votre choix selon vos critères.

Autres critères

– Un maçon doit être disponible en tout temps, même pendant les jours fériés et les week-ends si nécessaire afin de livrer le chantier dans le délai convenu.

– Un maçon doit avoir une bonne condition physique parce qu’il soulève souvent du matériel lourd.

– Un maçon doit être capable de travailler avec d’autres artisans comme les charpentiers, les coffreurs, les couvreurs, etc.

ParSylvie Gamel

Conseils pour construire des fondations stables

Globalement, les fondations désignent l’élément d’un bâtiment qui assure le maintien et la répartition des charges de l’ouvrage dans le sol. En d’autres termes, ce sont elles qui ancrent le bâtiment au terrain. Les fondations sont faites à partir du béton. La qualité de la réalisation de bétons va conditionner la pérennité et la durée de vie du bâtiment. Il n’est simplement pas question de couler de béton pour pouvoir ériger la bâtisse par la suite. La réalisation des fondations nécessite la prise en compte de plusieurs facteurs essentiels.

Les différentes étapes à suivre avant de couler des fondations de maison

La fondation d’une maison nécessite de longs travaux de préparation. Assez technique, le coulage de fondations exige une méthode rigoureuse et un solide savoir-faire.

– Notez bien qu’avant tous travaux de fondation d’une maison, il est indispensable de faire une étude géotechnique (étude de sol). Cela vous permettra de mieux connaître la nature de sol et de déterminer le type de fondation à mettre en œuvre (sa dimension, le type de dallage…). Le plus sûr est de recourir à un expert ou à un bureau d’étude pour mener à bien cette étude.

En pratique, l’expert se déplace sur le terrain et procède aux différents sondages mécaniques dans le sol en utilisant un pénétromètre ainsi que des sondages de prospection électrique avec une électrode. Le résultat de l’étude précisera le type de sol, sa qualité, et d’éventuelles zones hétérogènes (lentilles de sables, blocs rocheux…).

Bon à savoir : l’étude géotechnique du terrain est indispensable pour la souscription à une assurance dommage ouvrage.

– Une fois les résultats de test de sol obtenus, vous pouvez entamer à la préparation du terrain. Avant de couler les fondations, il va falloir :

  • aplanir et remblayer le terrain à travers des travaux de terrassement et d’excavation
  • délimiter l’emplacement des murs à l’aide d’une bombe de chantier ou d’un cordeau
  • creuser les tranchées ou les puits en fonction des plans de la maison

NB : la base des fondations doit toujours rester à l’abri du gel, soit à une profondeur d’au moins 50cm. Cette profondeur peut varier selon les régions et le climat local. Autre point à prendre en compte : l’implantation de la maison et de ses fondations doit respecter le plan de masse souscrite au permis de construire.

 

– Après l’excavation et le terrassement, l’étape suivante c’est la pose de béton de propreté. Les tranchées vont être coffrées à l’aide des planches de coffrage. Une petite couche de 5 cm de béton sera ensuite coulée au fond de la tranchée. Vous allez dire que 5 cm n’a l’air de rien, mais le rôle principal de cette couche est de protéger le béton de toute présence de matière organique (terre, bois, feuille mortes…). En effet, la présence des matières organiques peut dégrader la solidité du béton.

– Une fois les tranchées creusées et le sol préparé, il va falloir entamer au ferraillage. En effet, c’est un procédé consistant à poser des armatures en fer dans les fondations. Pour une stabilité et une solidité à toute épreuve des fondations, cette opération doit être effectuée dans les règles de l’art et par un maçon professionnel. Le diamètre et les dimensions du ferraillage dépendront exclusivement des résultats de l’étude géotechnique et du plan de la maison.

Les armatures de fondation doivent être positionnées à la bonne hauteur à l’aide des cales en ciment en résine ou en plastique, mais jamais en matière organique comme bois, car cela dégrade la solidité du béton. Ces cales contribueront au bon enrobage des armatures et permettent d’éviter tout risque de corrosion des fers.

 

– Après le ferraillage, il est enfin le temps de couler le béton ou les fondations. Le coulage de béton se fait en général en une seule fois avec la livraison d’une ou de plusieurs toupies si besoin. Il est ainsi indispensable de bien étudier la quantité de béton nécessaire. Le béton doit être coulé de façon uniforme et recouvrir l’ensemble des fondations. Lors du coulage, il faut vibrer le béton avec un vibreur électrique ou pneumatique. Cela permet de bien répartir le béton et de bien enrober les armatures.

– Et ensuite ? En général, le temps de séchage de béton des fondations est d’une semaine. Les coffrages en bois ne peuvent être retirés qu’après cette période. Ensuite, il faut déplacer l’étayage de la tranchée vers le haut afin de protéger la suite du chantier et de continuer la construction de la maison en toute sérénité.

En résumé, la réalisation des fondations de votre future maison est une étape importante qui doit faire l’objet d’une suivie rigoureuse si vous voulez recevoir des ouvrages solides et stables. Et vous voilà bien armé pour vérifier si les travaux seront réalisés dans les règles de l’art.

N’oubliez pas aussi de vérifier si les assurances de votre entrepreneur en maçonnerie sont bien à jour.

ParSylvie Gamel

Les normes de construction d’une maison individuelle

Construire sa maison, c’est une occasion de réaliser le style de logement qui vous a toujours séduit. On rêve tous de construire un logement qui nous ressemble et qui s’intègre parfaitement aux paysages environnants. Les architectes et les maîtres d’ouvrages proposent souvent des plans architecturaux préalablement conçus. Si ces derniers ne correspondent pas à vos goûts et à vos aspirations, vous pouvez toujours utiliser votre créativité et dessiner vos propres plans. Certaines réglementations doivent être au moins respectées pour bénéficier d’une construction solide et durable.

Les étapes de la construction

À la différence des sites industriels et des infrastructures publics, la construction d’une maison individuelle ne requiert pas de démarches techniques compliquées. Vous aurez juste besoin d’un terrain stable et bien nivelé. Le terrassement et la viabilisation du terrain font souvent partie des prestations des entreprises de construction. Viennent ensuite l’excavation des tranchées de fondation et la pose d’un système de drainage. Après la pose des fondations, les maçons procèdent à l’édification des piliers, des murs de soutènement, puis de la façade du bâtiment. Le cloisonnage intérieur ne peut commencer qu’après le temps de séchage des liants. Cela permet d’éviter les problèmes d’humidité à l’intérieur de la maison. Il en est de même pour la pose de la charpente et des toitures. Pour garantir la durabilité de l’ouvrage, choisissez des matériaux solides comme le parpaing ou le béton. Pensez également à effecteur les travaux pendant les saisons sèches.

Vous avez une idée précise sur la forme de votre future maison ? Vous pouvez créer des croquis et les présenter à l’architecte. Sachez tout de même que certaines structures peuvent être exclues du plan pour des raisons techniques (incompatibilité, résistance des matériaux, etc.). Il serait mieux de confier votre projet à des véritables professionnels pour bénéficier d’un accompagnement personnalisé.

Spécialiste de la construction et de la rénovation de maison, l’entreprise MG CONSTRUCTIONS est à votre service aux alentours de Nyons, de Vaison-la-Romaine ou de Mirabel-Baronnies. Elle propose des travaux tout corps-d’état : terrassement, maçonnerie, menuiserie, second œuvre et finition. L’entreprise MG CONSTRUCTIONS s’occupe aussi de la réhabilitation des maisons anciennes. Rien n’échappe à son savoir-faire : peinture de bâtiment, pose des carrelages, création d’une extension, surélévation de maison, rénovation de la charpente et des couvertures… Rendez-vous sur son site internet pour obtenir de plus amples informations.

La conception des plans

La conception des plans requiert la présence d’un ingénieur en BTP, d’un architecte et d’un maître d’œuvre (ce qui est souvent le propriétaire de la future maison). Pour éviter les erreurs et les problèmes techniques qui peuvent coûter chers, cette étape doit faire l’objet d’un travail minutieux. Vous devez prendre le temps de répondre à des questions clés : dans quel angle orienter la maison par rapport à l’ensoleillement et au vent ? Où doit-on poser la portée d’entrée ? Le terrain est-il raccordé à un réseau public de collecte d’eaux usées ? La maison sera-t-elle dotée d’une terrasse en toiture et d’une véranda ? Après avoir intégré tous ces détails dans le plan, vous pouvez confier l’organisation du chantier à votre architecte. Il ne vous reste plus qu’à suivre l’avancement des travaux, de la pose des fondations jusqu’ aux finitions.

Le savoir-faire de l’entreprise prestataire compte beaucoup pour assurer l’esthétique et la robustesse de votre future maison. Pour bénéficier d’une prestation à la hauteur de vos exigences, n’hésitez pas à soumettre votre projet à l’entreprise MG CONSTRUCTIONS ! Forte d’une trentaine d’années d’expérience, elle est en mesure de vous accompagner dans toutes les étapes des travaux. Sachez aussi que l’entreprise MG CONSTRUCTIONS est certifiée Qualibat. Elle travaille en étroite collaboration avec le Cadre Vert pour un bilan énergétique complet.

ParSylvie Gamel

Les travaux de terrassement et les engins indispensables

Le terrassement est une grande étape que vous ne pouvez pas négliger lors d’un projet de construction. Découvrez à travers cet article les différents engins nécessaires pour mener à bien cette opération.

Définition du terrassement

Le terrassement est une étape cruciale de tout projet de BTP. Il précède les travaux de fondation. Les travaux consistent à modifier le relief d’un terrain en déplaçant des quantités importantes de matériaux (qui sont généralement de la terre), en créant des ouvrages en déblai (enlèvement de matière) ou en remblai (ajout de matière).

Les engins nécessaires

En général, les travaux de terrassement se composent de 3 actions principales, à savoir l’extraction, le transport et la mise en œuvre. De ce fait, l’entrepreneur en terrassement doit être muni d’engins adaptés à chacune de ces phases du chantier.

– La pelleteuse (aussi appelée pelle hydraulique ou excavatrice) : c’est difficile d’imaginer un chantier de terrassement sans cette machine. Elle est essentiellement utilisée pour creuser des trous et des fondations. On peut également s’en servir comme outil de démolition et pour des travaux de manutention. Il existe différents types de pelleteuse: sur pneus (idéal si les travaux prévoient des déplacements sur goudron), sur chenille (pour des chantiers sur des zones difficiles d’accès). Lorsque la pelleteuse est de petite taille, elle est souvent appelée mini-pelle. Cette dernière est adaptée aux travaux plus modestes en zone urbaine.

 Le chargeur ou la chargeuse : cette machine fait partie des engins de terrassement les plus connus. C’est un engin de chantier sur pneus, muni de roues imposantes et d’une grande benne située à l’avant. Il existe les chargeurs sur chenilles (apportant plus de stabilité dans les zones difficiles d’accès) et les chargeurs compacts (plus adaptés en milieu urbain). En effet, le chargeur est utilisé pour transporter et déplacer des grandes quantités de matériaux d’un point à un autre.

– La tractopelle : c’est un engin de génie civil, également appelé « chargeuse-pelleteuse ». Il est composé d’un chargeur à l’avant et d’une pelleteuse à l’arrière. Cette machine est très prisée des professionnels du terrassement, grâce à sa propriété multifonction. Par ailleurs, une tractopelle peut se déplacer de chantier en chantier sans nécessiter le recours à un port char ou à une remorque.

– L’aspiratrice excavatrice ou camion aspirateur : c’est un camion puissant muni d’un aspirateur géant à tête rotative. Cet engin est conçu pour aspirer les matériaux. Par ailleurs, il offre de nombreux avantages comme un gain de temps et de productivité. Il ne présente aucun risque d’endommager les réseaux souterrains lors du terrassement. C’est également pratique dans les zones difficiles d’accès comme les caves.

– Le bouteur ou le bulldozer : Le bouteur fait partie des engins de terrassement les plus populaires. C’est un tracteur monté muni d’une lame frontale. Il existe des modèles sur chenilles et sur pneus. Cet engin de terrassement a comme principal rôle de niveler le terrain par raclage du sol. Il peut également servir à pousser une décapeuse.

– La décapeuse ou scraper ou motor-scraper : cet engin possède une benne avec tiroir éjecteur, utilisé pour extraire les matériaux en arasant le sol. La décapeuse est souvent poussée à l’aide d’un bulldozer. Elle permet de réaliser des volumes supérieurs aux pelleteuses classiques. Cet engin ne peut être utilisé que pour des travaux de terrassement de masse et pour des chantiers à vitesse de déplacement limitée (une courte distance entre l’emprunt et le dépôt).

– Le tombereau : c’est un engin équipé d’une benne basculante utilisé pour transporter les matériaux. Il peut être utilisé sur tous types de terrains et permet de décharger facilement les matériaux.

Si vous souhaitez réaliser vous-même les travaux, renseignez-vous sur le prix de la location des différents engins. Cependant, il est toujours plus judicieux de recourir aux services d’une entreprise de terrassement fiable et bien équipée telle que Construction BCM à Mirabel.

ParSylvie Gamel

Ce qu’il faut savoir sur les travaux de maçonnerie

La maçonnerie est une étape très importante dans un projet de construction ou de rénovation. Vous souhaitez en savoir plus sur les différents éléments qui constituent les travaux de maçonnerie ? Vous avez un projet et vous ne savez pas à qui vous adresser pour le mener à bien ? Vous aurez toutes les réponses en lisant la suite de cet article.

La maçonnerie, c’est quoi ?

La maçonnerie fait partie de ce qu’on appelle gros œuvre. C’est l’art de bâtir une structure par l’assemblage de différents matériaux. C’est une opération à réaliser avec soin et vigilance, car c’est elle qui va assurer la solidité et la durabilité d’un bâti. Le savoir-faire dans le domaine de la maçonnerie n’est pas donné à tout le monde. Seuls les bons maçons disposent de toutes les compétences nécessaires et maîtrisent les différentes techniques utilisés dans ce corps du métier.

Que fait un maçon ?

Le maçon est le premier à intervenir dans la construction d’une maison. Son travail fait suite à celui d’un terrassier qui a préparé le terrain. Il réalise les travaux de maçonnerie à partir des directives ou des plans du géomètre ou de l’architecte, tout en respectant les normes de construction en vigueur. Par ailleurs, un maçon peut également intervenir sur des chantiers de rénovation, d’agrandissement et de démolition.

– Travaux de maçonnerie en construction neuve : le travail d’un maçon commence dès la mise en place des fondations. Il coule les fondations et la dalle, réalise les tracés, le ferraillage et les repérages. Ensuite, il met en place le squelette ou l’ossature du bâtiment. Le maçon peut également réaliser les coffrages et des moulages pour les pièces en béton armé afin de fabriquer des sols par exemple.

Il prend en main le montage de différents éléments porteurs : dalles, poutrelles, cloisons, planchers, panneaux de façades, murs, etc. Il doit également maîtriser la pose et le scellage de panneaux préfabriqués comme les escaliers, les corniches, les linteaux et les ébrasements. Il applique des enduits sur les murs intérieurs et extérieurs.

Le maçon maîtrise aussi la fabrication des éléments nécessaires au maintien et à la décoration de l’enveloppe du bâtiment : mortier, ciment, plâtre, résine… Selon le type du projet, il utilise différents types de matériaux de construction : briques, pierre, paille, torchis, bois, métaux, bétons, moellons et matériaux composites.

Le saviez-vous ? Dans certaines régions, le maçon fait parfois office de charpentier et de couvreur en coordonnant les travaux de toiture.

– Un maçon peut également réaliser différents travaux d’aménagement extérieur : réalisation de clôtures, construction de piscines, travaux de maçonnerie paysagère (création d’allées, pavage…), réalisation de terrasses, etc.

– Dans le cadre d’une rénovation, vous pouvez également avoir recours à un maçon. Traitement des murs, colmatage des fissures, rénovation des enduits, drainage, reprise de scellements… sont autant de techniques maîtrisées par le maçon. Il peut également effectuer l’agrandissement ou la modification d’un bâtiment existant (ajout d’étages, surélévation de toits).

En cas d’infiltration d’eau ou d’un éboulement, le maçon est aussi en mesure d’effectuer tous les travaux de réparation et de réfection nécessaires.

Le professionnel qu’il vous faut

Afin d’éviter les mauvaises surprises, mieux vaut choisir les prestations d’une entreprise de maçonnerie reconnue ou d’un artisan maçon qualifié pour réaliser les travaux.

Vous avez des travaux de maçonnerie à réaliser dans la Drôme, l’Ardèche ou le Vaucluse ? L’entreprise FIGUERA FARIA à Rochefort-en-Valdaine est le professionnel qu’il vous faut. Elle met à votre profit le savoir-faire de maçons habiles et expérimentés. Ils sauront mener à bien chaque étape du projet. C’est le choix d’un meilleur service au meilleur prix. Que demander de mieux ?