Agrandir votre maison : ce qu’il faut savoir avant de s’engager ?

Il est probable qu’à un moment, la taille et la structure de votre maison ne soient plus adaptées à vos besoins. Pour cette situation, vous décidez d’opter pour son extension au lieu d’acheter une nouvelle. Mais, que faut-il savoir avant d’entamer les travaux ? On vous en dit plus ici.

Respectez le voisinage

Avant d’entamer un projet d’expansion de la maison, assurez-vous que vous n’enfreignez pas les règles de servitudes. Un expert en maçonnerie saura vous accompagner si vous n’en savez pas assez. Ces règles établissent les règles à suivre par les différents propriétaires. En exemple, votre projet ne doit nullement empêcher la lumière naturelle d’atteindre la demeure de votre voisin ou empêcher un voisin de circuler normalement.

En dehors de ces caractéristiques, il est important de prendre en compte l’espace qu’il y aura entre votre fenêtre (votre porte-fenêtre également) et la maison des voisins. Cet espace doit être au moins 1,90 m lorsqu’il s’agit d’une vue droite. Si par contre la vue est oblique, il faut au minimum un espace d’environ 60 cm.

La réglementation thermique

Lorsqu’il est question d’extension d’une maison, il faut respecter les normes thermiques en vigueur RT2012. Premièrement, le propriétaire ne doit pas dépasser plus de 30 % de la surface initiale. Si votre extension doit prendre plus d’espace que prévu par les normes, il vous faudra débourser plus d’argent pour réaliser votre projet.

En effet, la législation en vigueur exige pour ce type d’extension une étude énergétique approfondie et des matériaux d’isolation thermique très onéreux. De plus, vous allez devoir faire un bilan énergétique après les travaux d’isolation. En cas de faible performance, il va falloir reprendre les travaux ou corriger les défaillances. Afin d’éviter toute cette tracasserie, il est recommandé de faire des extensions sur des superficies de moins de 30 m².

Prendre connaissance du Plan Local d’Urbanisme

Pour bien mener un projet d’extension de votre maison, vous devez vous rendre à la mairie de votre ville et prendre connaissance du Plan Local d’Urbanisme. Ainsi, vous aurez de plus amples informations sur les règles à respecter comme : l’apparence de la nouvelle extension, les dimensions maximales, puis les espaces nécessaires entre la construction et les voies publiques. Pour savoir si la superficie que vous comptez occuper nouvellement est bel et bien juste, veuillez bien prendre connaissance du Coefficient d’Occupation du Sol (COS).

Les autorisations d’urbanisme dans votre région

Si la hauteur de votre construction n’excède pas 1,5 m et que la superficie de l’extension est inférieure à 2 m², aucune autorisation n’est indispensable avant le démarrage des travaux. Par contre, vous devez faire une déclaration préalable à la Mairie si la superficie à occuper est inférieure à 40 m². En général, la procédure peut durer près de deux mois maximum, et un mois minimum. Vous n’aurez qu’à remplir quelques documents que la mairie vous fournirait.

 

Cependant, si votre extension s’étend sur plus de 40 m², ou prend en compte certains types de travaux (transformation de garage en pièce habitable, construction d’étage…), il vous faut un permis de construire. Notez que vous devez solliciter les services d’un architecte si la superficie totale de votre maison et de l’extension fait plus de 170 m². Après l’obtention des autorisations, vous avez l’obligation de l’exposer au regard de tous vos voisins pendant au moins deux mois.

Au cours de cette période, les voisins qui estiment que votre projet d’extension empêche leur circulation, ou sera la source de certains problèmes peuvent s’opposer. Outre ces points importants, votre maison doit être situé dans une zone urbaine dotée d’un Plan Local d’Urbanisme.

En somme, avant de démarrer tous travaux d’extension d’une maison, il est primordial de prendre connaissance du Plan Local d’Urbanisme de votre ville. En procédant ainsi et en respectant les normes, vous éviterez les conflits avec les autorités.