Archive de l’étiquette isolation

ParSylvie Gamel

La maison passive

La construction d’une maison passive nécessite le respect de certaines normes. Aussi, sa conception est basée sur le principe de rétention de la chaleur, tout en mettant en place une isolation thermique performante, une aération spécifique et un apport en énergie solaire. De ce fait, cette structure est susceptible de conserver une température ambiante au cours de l’année. Une maison passive est une construction qui ne requiert pas l’installation de chauffage.

Les conditions requises pour la construction d’une maison passive

Une maison passive possède des caractéristiques spécifiques. En effet, c’est une habitation très économe lorsqu’il s’agit de consommation d’énergie de chauffage. Quelques points sont à prendre en compte dans la construction de ce type de maison.

Son isolation

L’isolation d’une maison passive consiste à réduire au maximum les échanges thermiques qui s’effectuent entre l’intérieur et l’extérieur de la maison, ainsi qu’à optimiser l’utilisation des ressources thermiques qui y sont déjà présentes.

Aussi, la compacité est le premier principe appliqué dans la maison passive. Il s’agit de rassembler autant que possible les éléments de l’appartement en un bloc massif et serré, afin de minimiser la chaleur perdue au niveau des côtés extérieurs de la maison. De cette façon, la maison passive est à deux niveaux et possède une forme rectangulaire ou cubique.

En outre, toutes les parois de cette maison doivent être bien isolées afin d’éviter les déperditions thermiques. Ainsi, les fenêtres à triple vitrage sont indispensables pour bien isoler.

Pour que l’isolation de la maison passive soit efficace, il faut également supprimer les ponts thermiques. À cet effet, les endroits qui disposent d’un tuyau et d’une gaine doivent être considérés afin d’assurer l’herméticité de la maison. Pour ce faire, il faut utiliser un ruban adhésif et une membrane pour assurer son étanchéité. Il faut en même temps isoler les tuyaux et gaines.

Sa ventilation

Quand les travaux d’isolation sont terminés, on procède à la mise en place d’un système d’aération. L’idéal, c’est d’installer une ventilation mécanique contrôlée ou la VMC. Elle permet de garantir de l’air frais, sain et bien tempéré.

Il existe deux types de ventilation : la ventilation simple flux et la ventilation double flux.

Le premier type concerne une ventilation à extraction d’air intérieur. Le renouvellement de l’air se fait à l’aide des réglettes placées à travers les fenêtres.

Le second type concerne une ventilation à très haut rendement. Dans ce cas, l’air froid va rentrer, tandis que l’air chaud va sortir. Le croisement de ces deux airs se fait au niveau de l’échangeur. Ainsi, toutes les calories de l’air chaud vont être transférées dans l’air froid.

L’orientation de ses ouvertures

Les fenêtres d’une maison passive doivent être placées sur les façades sud. Le bilan énergétique est positif grâce à cet emplacement.

Quels sont les avantages d’une maison passive ?

Une maison passive procure de nombreux avantages. En effet, elle est très écologique, économique et esthétique.

La construction d’une maison passive contribue à la protection de l’environnement. Le principal objectif de ce type de construction est de minimiser la consommation d’énergies. On peut conclure qu’il s’agit d’une construction écologique.

Une maison passive permet également de gagner d’espace. De ce fait, on peut facilement décorer l’intérieur de la maison. Concernant son esthétique extérieur, ce type de bâtisse peut avoir une forme insolite.

Qu’en est-il de son prix ?

Construire une maison passive peut coûter cher. Son prix varie entre 1 700 et 2 000 euros par mètre carré. Son coût augmente de 15 à 25 % par rapport à celui d’une maison classique. Cependant, pour un budget serré, il est conseillé d’opter pour la maison passive en kit.

Trouver un expert en construction de la maison passive

Confiez vos projets de construction passive à un professionnel, tel que MCCMI. Située dans les Midi-Pyrénées, cette entreprise vous propose une prise en main complète et sur mesure.

ParSylvie Gamel

L’isolation, pour un confort accru dans votre maison

Le foyer est un endroit de repos et de détente. Pour cela, il doit répondre à certaines conditions. Le confort en constitue l’essentiel. Beaucoup de circonstances font que la maison ne réponde pas totalement à ces critères afin d’assurer le bien-être des occupants.

D’où viennent les problèmes liés à l’isolation ?

Certains équipements sont prédisposés à réguler la température ambiante de la maison. Le toit, les murs et le sol peuvent contribuer à ce maintien de température. Cependant, des mesures autres que le choix des matériaux de construction sont nécessaires afin d’arriver à un résultat satisfaisant.

Comme les aléas climatiques sont à l’origine des variations de la température à l’intérieur de la maison. Pour s’en protéger, il est indispensable de considérer la qualité de l’isolation thermique.

De même, les nuisances sonores sont source de désagréments. Une maison mal isolée peut être source de stress. Pour le bien-être des occupants, l’isolation acoustique et phonique est également indispensable.

L’isolation en polyuréthane

Le polyuréthane est un mélange de polymère et d’uréthane. Son caractère isolant est très convoité aussi bien dans la construction que dans la rénovation. Il est composé de mousses de plastique qui sont pulvérisées lors de la mise en place de l’isolation.

Le polyuréthane est d’une efficacité considérable grâce à son mode d’application. En effet, elle permet une grande étanchéité et donc, une augmentation de l’efficacité de l’isolation. De plus, par la pulvérisation, il est possible d’atteindre des endroits inaccessibles pour d’autres méthodes d’application. Cet isolant est généralement appliqué dans les fondations, les murs, les toits, le plafond, etc.

Il présente plusieurs avantages dont la facilité d’utilisation. De même, sa grande résistance et sa durabilité fond de cette matière un isolant des plus performants.

L’ouate de cellulose

Pour une isolation respectueuse de l’environnement, optez pour ce matériau. À part son côté écologique, elle s’avère également être un excellent isolant.

L’ouate de cellulose est formée de résidus de végétaux, de vieux journaux et de cartons spécialement traités pour accroître leur résistance aux différentes conditions de température et d’humidité. Le sel de bore est également utilisé dans le mélange, pour son caractère retardateur de flamme. L’ouate de cellulose convient pour tous les travaux d’isolation de la maison, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur.

L’isolation phonique et acoustique

La gêne occasionnée par les bruits est considérable et peut engendrer des maladies telles que le stress. La circulation et les constructions sont tant de sources sonores qui sont susceptibles de déranger la tranquillité dans votre demeure.

Pour garantir le confort dans une habitation, il est indispensable de bien considérer la performance de l’isolation acoustique et phonique. Ces procédés permettent d’isoler la maison des sources sonores indésirables.

L’isolation phonique permet, d’une part, de réduire et d’absorber en partie les bruits à l’intérieur de la maison par l’utilisation de matériaux qui ont la faculté d’absorber les bruits. Les mousses sont souvent les plus utilisées.

D’autre part, pour une insonorisation totale, il est indispensable d’opter pour l’isolation acoustique. Elle consiste en une série de mesures visant à empêcher les nuisances sonores de déranger les occupants de la maison. La mise en place de cette technique requiert l’intervention d’un professionnel.

La première étape consiste à isoler la source du bruit. À l’aide d’équipements adéquats, les spécialistes recherchent et isolent les sources sonores indésirables. Ensuite, ils appliquent des matières isolantes à ces endroits pour corriger le problème. Les mêmes méthodes sont pratiquées jusqu’à ce que toutes les sources soient traitées.

Faire appel à un professionnel de l’isolation

L’entreprise ISOLATION EQUINOXE PLUS à Saint-Hubert est spécialisée dans les travaux d’isolation d’habitation. Pour vos travaux de rénovation et de construction, elle vous accompagne et vous guide afin que vous puissiez bénéficier du meilleur confort possible sur le plan thermique et acoustique.

ParSylvie Gamel

Réussir ses travaux d’isolation : le choix des isolants

Que ce soit pour une construction ou une rénovation, il ne faut pas faire une impasse sur les travaux d’isolation. Une maison bien isolée procure plus de confort, et ce, tout en réduisant la facture énergétique. Cependant, pour bénéficier de tous ces avantages, il est opportun de bien choisir les isolants. Découvrez ce guide pour vous aider dans votre sélection.

Les différentes catégories d’isolants et leurs caractéristiques

Sur le marché, vous tomberez sur une large variété d’isolants. Pour ne pas jeter votre argent par la fenêtre, il faut que vous connaissez les 3 grandes catégories d’isolants (naturels, minéraux et synthétiques) ainsi que leurs caractéristiques. Ainsi, il vous suffit d’adopter le produit qui correspond au mieux à vos besoins.

– Les isolants naturels

Pour préserver l’environnement et la santé, les isolants naturels sont faits pour vous. Ils ne contiennent pas de fibres irritantes. Ils sont également performants.

Ainsi, si vous recherchez un excellent isolant acoustique et résistant au feu, optez pour le chanvre. Il sert à isoler les murs, les toits et les planchers.

Très flexible, la laine de mouton est une bonne alternative pour isoler les zones irrégulières des charpentes. Le lin est facile à manipuler et peut isoler les endroits difficiles d’accès. Il est également utilisé pour l’isolation des cloisons intérieures et des murs extérieurs.

Pour isoler les pièces humides (salle de bains, cuisine, etc.), vous pouvez tabler sur la fibre de coco.

– Les isolants minéraux

Les isolants minéraux sont les plus utilisés. Ils présentent l’avantage d’être économiques, performants et multi-usage. Ils assurent une bonne isolation thermique et phonique grâce à leur basse conductivité.

Pour isoler les toitures, les murs et les sols, il est conseillé d’opter pour la laine minérale. Elle résiste au feu et perméable à la vapeur d’eau. Elle présente aussi une bonne tenue dans le temps, mais résiste mal à l’humidité.

Optez par ailleurs pour la vermiculite et la perlite pour isoler les conduits de cheminée. Elles ne risquent pas de s’enflammer, car elles restent intactes au feu et à la chaleur.

Pour lutter contre les bruits aériens, l’argile expansée est la plus adaptée. Elle est également robuste et ne craint pas les attaques des insectes. Cependant, son coût est un peu élevé.

– Les isolants synthétiques

Les isolants synthétiques sont tout aussi performants que les isolants minéraux et naturels. De plus, ils sont peu coûteux. Parmi les plus utilisés, il y a le polyuréthane ou l’uréthane giclé et le polystyrène.

Pour avoir une excellente isolation thermique, vous pouvez vous pencher vers le polyuréthane. Vous pouvez l’utiliser pour isoler les murs et les toitures plates. Il peut aussi être installé dans les endroits exposés à une forte humidité. Retenez cependant qu’il n’assure pas une bonne isolation acoustique. Si vous recherchez une entreprise spécialisée dans la pose de polyuréthane ou d’uréthane giclé à Saguenay, contactez ISOLATION THERMIQUE PLUS.

Pour la réussite de votre projet d’isolation intérieure, le polystyrène est l’isolant à adopter. Il est léger, simple à poser et non consommable par les rongeurs. Pourtant, il est très sensible au feu. De ce fait, il est plus prudent de l’installer loin d’une source de chaleur comme la cheminée.

À qui confier les travaux d’isolation ?

Pour que l’isolation soit efficace, il ne suffit pas de choisir les bons matériaux. Il faut aussi confier les travaux à un professionnel. En effet, le spécialiste maîtrise les différentes techniques d’isolation afin de réaliser les travaux dans de bonnes conditions. Il vous livre des réalisations pérennes et soignées. Pour en trouver un, allez sur internet et sélectionnez les entreprises qui ont le plus d’expérience.

ParSylvie Gamel

Isolez efficacement votre maison avec de la laine de roche

Une bonne isolation permet d’ajouter du confort à la maison. Il existe de nombreux matériaux d’isolation. Dans cet article, nous allons nous intéresser à la laine de roche. Savez-vous ce qu’est la laine de roche ? Comment elle est fabriquée ? Et les avantages d’opter pour ce matériau ? Nous vous disons tout à propos d’elle, dans cet article.

La laine de roche : qu’est-ce que c’est ?

C’est un isolant naturel fabriqué à partir de l’association du basalte volcanique, du calcaire et de l’argile. Ils sont mélangés avec toutes sortes de substances comme la résine. Pour stabiliser la préparation et la rendre hydrophobe, elle est placée dans une étuve de polymérisation.

La laine de roche peut revêtir différentes formes comme les flocons, les rouleaux, les panneaux, etc.

Les avantages d’opter pour la laine de roche

C’est un matériau incombustible. Il peut être utilisé dans toutes les parties de la maison, notamment le toit et les murs. C’est aussi un isolant acoustique très performant. Il est capable d’empêcher tous les types de bruits, que ce soient les bruits d’impacts, les bruits aériens, etc. Si vous l’installez sur le sol, il empêchera considérablement les échanges de bruit entre les étages.

Placez de la laine de roche sur les points de déperditions thermiques permet d’éviter les échanges de température entre l’environnement externe et interne. À terme, vous ferez des économies, car vos besoins énergétiques baisseront considérablement.

La laine de roche est une matière pérenne et qui ne se dégrade pas au contact de l’eau.

Quelle est la différence entre la laine de roche et la laine de verre ?

La plupart du temps, la laine de roche est confondu avec la laine de verre. Elles possèdent toutes les deux les mêmes propriétés isolantes et la même résistance à l’humidité et aux flammes. Toutefois, ce sont des matières dont la composition est très différente. La laine de verre est fabriquée à partir du sable et de verre recyclé.

La laine de roche est beaucoup plus dense que la laine de verre. De plus, elle est beaucoup plus cher que la laine de verre car sa fabrication est un peu plus complexe.

Réalisez la pose de la laine de roche soi-même

Il est très facile de poser la laine de verre. En effet, c’est une matière souple et très élastique. Toutefois, vous devez utiliser des outils adaptés comme les ciseaux ou les cutters. Vous devez également porter des équipements de protection comme les casques et les gants.

Commencez par construire une armature (suspente et rail) qui servira de support. L’armature peut être métallique ou en PVC. Découpez ensuite l’isolant suivant l’espace entre les armatures. Recouvrez-le tout avec une plaque de plâtre.

Confiez la pose de votre laine de roche à un professionnel

Si vous souhaitez confier la pose de votre laine de roche à un professionnel, contactez la société Générale de Plâtrerie. Depuis plus de 15 ans, elle réalise tous les travaux d’isolation phonique, thermique et acoustique à Rennes et ses environs. Au cours de ces années d’existence, elle a su développer son savoir-faire. Elle intervient à la fois sur les nouvelles constructions et sur les constructions en cours de rénovation. En outre, elle peut aussi se charger de la pose de revêtements pour les sols. N’hésitez pas à la contacter et à lui demander un devis.

Le tarif à prévoir pour la pose d’une laine de roche

Le prix d’une laine de roche de 100 mm, est compris entre 5 à 10 euros par m². Lorsqu’il est en panneau, il est compris entre 4 et 25 euros. Le prix de la pose, quant à elle, est compris entre 20 et 100 euros par m². Il dépend surtout des travaux à réaliser. Toutefois, ces tarifs ne sont pas fixes et ils peuvent varier d’un prestataire à l’autre.

ParSylvie Gamel

Isolez vos combles pour éviter les déperditions énergétiques

Les travaux d’isolation doivent toujours commencer par le toit. En effet, 30 % de la perte de la chaleur se passent au niveau des combles. L’isolation dépend en grande partie des aménagements qui y sont réalisés. Vous saurez tout sur les différentes techniques pour isoler vos combles, à travers cet article.

Les techniques d’isolations des combles

Isolation des combles perdus :

les combles sont perdus lorsqu’ils ne peuvent pas être aménagés en nouvelle pièce. Ils sont naturellement isolés lors de la pose des revêtements extérieurs. Les fuites énergétiques se déroulent surtout au niveau du sol. Vous pouvez les isoler en y déroulant de la laine ou un matériau synthétique. Pour être efficace, la pose de l’isolant doit être parfaite.

Vous pouvez aussi opter pour la technique du soufflage. L’isolant est soufflé sur le sol et les murs. Il peut s’agir d’une ouate de cellule ou de laine sous forme de flocon. Toutefois, il faut éviter que les flocons ne se tassent dans un coin.

Isolation des combles aménagés :

Elle peut se faire de l’intérieur ou de l’extérieur.

. Isolation par l’intérieur :

L’isolant est placé entre les solives ou sous les rampants du toit. Quel que soit le matériau utilisé, il doit être en rouleau ou sous forme de panneau. Une fois la pose terminée, recouvrez le tout avec un pare-vapeur afin d’éviter les problèmes liés à la condensation.

. Isolation par l’extérieur :

Le sarking est la méthode d’isolation externe la plus utilisée. Elle permet de gagner plus d’espace pour l’aménagement d’une pièce. D’autres techniques peuvent aussi être utilisées comme la pose de caisson chevronné ou la méthode des sandwichs.

Toutefois, comme l’isolation est faite en hauteur, elle peut être assez risquée. Le plus judicieux est de contacter un professionnel pour le faire.

Les avantages d’isoler les combles

Les combles sont en contact permanent avec l’extérieur. Lorsqu’ils ne sont pas isolés, les variations de température pénètrent aussi dans la maison causant gêne et inconfort. Une bonne isolation garantie d’avoir une température constante quelle que soit la saison. La chaleur interne est conservée durant l’hiver et la fraîcheur est délivrée dans toute la maison, en été.

En outre, les variations de température sont aussi source d’humidité. Elle peut se répondre sur toutes les autres parties du toit comme les charpentes et les murs. À terme, elle peut rapidement détruire l’ensemble du toit. En optimisant l’isolation de vos combles, vous assurerez la pérennité de votre maison.

Grâce à une bonne isolation, vous ferez des économies sur votre consommation énergétique. En effet, vous diminuerez l’utilisation de vos appareils de chauffage et de climatisation.

Faites confiance à une société RGE pour l’isolation de vos combles

Certes, vous pouvez parfaitement procéder à l’isolation de vos combles vous-même. Toutefois, il est nécessaire de se munir d’équipements adaptés et d’avoir quelques notions en bâtiment.

Vous pouvez aussi confier cette tâche à un professionnel comme l’entreprise Project Isolation. Elle réalise l’isolation des combles à Alès, depuis plus d’une dizaine d’années. Elle dispose d’une équipe d’ouvriers en bâtiment qui travaille avec minutie et professionnalisme. Ils utilisent des procédés divers tels que la pose de mousse polyuréthane afin d’avoir un résultat efficace et conforme aux attentes des clients.

Quel est le prix de l’isolation des combles au m²

Le budget pour l’isolation des combles dépend en premier lieu de la nature et de l’accessibilité de vos combles. Il dépend aussi de la configuration de la pièce que vous allez y aménager. La situation géographique de votre maison est également un point important. Si vous habitez dans une région où l’hiver est très présent, l’isolation doit être optimale.

En général, le budget pour la pose d’un isolant est compris entre 20 et 200 euros par m².

ParSylvie Gamel

Guide pour vos travaux de rénovation extérieure

Chaque propriétaire de maison doit le savoir : l’extérieur nécessite autant d’attention que l’intérieur. C’est normal, car l’extérieur de la maison reflète la personnalité et l’image de son propriétaire. Il existe une multitude de possibilités pour rehausser la valeur et l’esthétique de votre maison. Si certains travaux de rénovation extérieure ne sont pas urgents, d’autres sont indispensables, voire obligatoires pour la santé de la maison.

Les travaux de rénovation extérieure obligatoires :

L’extérieur d’une maison nécessite des travaux de rénovation ainsi qu’un entretien régulier pour qu’il reste toujours propre et esthétique. Alors, si vous ne souhaitez pas que votre maison ne se détériore, il faut penser à entreprendre les travaux suivants :

– Le ravalement de façade : la façade d’une maison, quel qu’en soit le style, reflète la personnalité de son propriétaire. Soumise aux agressions naturelles (pluie, soleil, vent, etc.), elle peut se détériorer avec le temps. C’est pourquoi, dans de nombreuses communes en France, un propriétaire est tenu de ravaler ses façades tous les 10 ans. En cas de non-respect de cette obligation, la mairie est contrainte d’envoyer au propriétaire de l’immeuble, ou au syndic (en cas de copropriété), une injonction à faire. Le propriétaire peut encourir des amendes pouvant aller jusqu’à 7000 euros si cela n’est pas toujours fait.

En résumé, le ravalement de façades est une opération qui consiste à améliorer l’apparence d’un bâtiment en traitant les fissures, les salissures et les dégradations qui apparaissent sur les murs extérieurs. Il permet ainsi d’apporter une plus-value à votre maison.

– La rénovation de toiture : la toiture tient un rôle très important pour la protection et l’esthétique d’une maison. Elle mérite ainsi une attention particulière pour assurer son étanchéité. Rénover la toiture, c’est également l’occasion de changer complètement son aspect visuel et d’augmenter la valeur marchande de votre habitat. Apparition des fuites ou tâches d’humidité sur le plafond, des fissures, effritement du toit (pour la couverture en béton), apparition de mousse ou de lichen sont autant de signes qui doivent vous alerter et vous obligent à rénover votre toit au plus vite possible.

Isolation de toiture : la meilleure solution pour pallier les problèmes d’étanchéité, de déperdition de chaleur et de bruit de pluie sur le toit et bien évidemment d’isolation. Il existe différents matériaux et techniques pouvant être utilisés pour avoir une toiture parfaitement isolée : la laine de bois, la laine de verre soufflée, la laine minérale, panneaux de verre cellulaire, panneaux de sous-toiture et bien plus encore. Pour isoler efficacement votre toiture, il vaut mieux faire appel à un professionnel habile qui pourra vous conseiller dans le choix de technique et des matériaux les plus adaptés.

Autres travaux de rénovation extérieure :

– Peinture des murs : l’apparence de votre maison joue sur la beauté de vos murs extérieurs. Peinture jaunie ou écaillée, mauvais état du support…sont des signes qui indiquent que vos murs extérieurs ont besoin de coups de pinceau. Rafraîchir les peintures extérieures n’est pas toujours aussi simple que l’on pourrait le croire. Comme il s’agit d’une surface extérieure, vous devez tenir compte de quelques facteurs : les conditions climatiques, l’état des surfaces et le choix de la peinture (teinte, qualité). Il vaut mieux ne pas peindre les murs extérieurs pendant les temps de brouillard ou de pluie. Si vous avez du temps, du savoir-faire et les outils nécessaires, vous pouvez faire vous-même les travaux. Dans le cas contraire, il est plus judicieux de solliciter un artisan peintre ou une entreprise de peinture pour les réaliser.

– Les volets : au même titre que les murs extérieurs, les volets contribuent également à la beauté de votre habitat. Il est donc essentiel de bien en prendre soin. Si vos volets font grise mine avec leur couleur blanche qui vire au jaune, pensez à les repeindre. Pour donner du pep et du charme à votre bâtiment, il est conseillé d’opter pour une couleur très vive comme le rouge vif, le jaune citron, le bleu turquoise ou encore le rouille.

– Le jardin : étant un lieu de vie à part entiere, le jardin doit être bien aménagé et surtout bien entretenu pour préserver sa beauté. L’idéal est de recourir au service d’un paysagiste professionnel pour entretenir et embellir votre espace vert en toute efficacité et avec des outils adaptés.

– Isolation thermique de murs par l’extérieur : pensez à optimiser le confort de votre maison en l’isolant par l’extérieur. En plus du confort thermique qu’elle offre, l’isolation par l’extérieur vous apporte plusieurs autres avantages : économies d’énergie, protection des murs contre l’inertie thermique (changement brutal de température), prévention contre les fissures, rehaussement de l’esthétique de votre maison, avantages fiscaux comme le Crédit d’Impôt Transition Énergétique… Cette technique d’isolation ne réduit pas la surface habitable et supprime les ponts thermiques (zones où l’isolation est rompue).

Vous avez désormais toutes les cartes en main pour embellir et améliorer l’aspect extérieur de votre maison tout en améliorant le confort à l’intérieur.

ParSylvie Gamel

L’isolation d’entre-toit : une opération à ne jamais négliger

Parfois, nous avons tendance à négliger l’entre-toit de notre maison. Pourtant, sachez que cela peut avoir de graves conséquences, non seulement sur nos factures, mais aussi sur la pérennité du bâtiment. Vous comprendrez, à travers cet article, à quel point l’isolation de l’entre-toit est importante.

Qu’est-ce qu’un entre-toit ?

Comme son nom l’indique, l’entre-toit est un petit espace se trouvant entre le plafond et le toit. Il n’est pas généralement aménagé pour en faire une pièce habitable. D’ailleurs, c’est ce qui le distingue du comble ou du grenier. Il est très difficile d’accéder à l’entre-toit d’une maison, surtout dans le cas d’une toiture plate. Cependant, il existe les entre-toits accessibles pour certains types de toits en pente.

L’isolation d’entre-toit : pourquoi est-ce important ?

Il y a tant de bonnes raisons pour bien isoler l’entre-toit d’une maison. En premier lieu, cela permet de protéger votre maison de l’humidité. Un entre-toit mal isolé peut entraîner la formation de glaçons. Cela peut également détériorer la toiture et ses composants (charpente, etc.).

Toutefois, lorsqu’on parle de l’isolation, la première chose qui nous vient en tête, c’est le mur. Or, le premier point faible d’un bâtiment se situe au niveau de la toiture et de l’entre-toit. Ce dernier fait partie des principales sources de déperdition thermique d’une maison. Saviez-vous que les toits et l’entre-toit présentent 30 % de perte de chaleur d’une maison ? De ce fait, bien isoler l’entre-toit avec de bons isolants est primordiale.

Isoler l’entre-toit pour réaliser des économies

Effectuer des travaux d’isolation d’entre-toit permet de réaliser d’importantes économies d’énergie et d’argent, et ce, sur le long terme. En effet, l’isolation permet de réduire la perte thermique et les besoins en chauffage.

Quelle technique utiliser pour isoler l’entre-toit ?

Pour isoler un entre-toit accessible, on peut ne pas poser de pare-vapeur si le revêtement de plâtre ou de plafond est enduit de plusieurs couches de peinture à l’huile.

Pour le cas d’un entre-toit inaccessible ou d’un plafond cathédral, tout d’abord, il est recommandé de l’isoler par l’intérieur, tout en assurant la ventilation. Quant au choix d’isolant, la laine soufflée est le matériau à préconiser. Facile à installer, cette solution permet une isolation sans joint qui peut atteindre même les endroits difficiles d’accès. Dans certains cas, le choix de polyuréthane giclé peut être plus approprié.

ParSylvie Gamel

Une maison mal isolée : les signes qui doivent vous alerter

Une mauvaise isolation peut entraîner de nombreux effets néfastes tant pour le bâtiment que pour la santé de ceux qu’y vivent. Qui dit maison bien isolée, dit zéro déperdition de chaleur. Votre logement devrait vous protéger du froid et de l’humidité. Si ce n’est pas de cas, il convient de penser rapidement à revoir son système isolation.

Voici les symptômes d’une mauvaise isolation en hiver :

  • Une mauvaise répartition de chaleur : vous constatez que certaines pièces de votre logement sont plus froides que d’autres et difficiles à chauffer ;

  • Certaines parois du bâtiment telles que les murs intérieurs et les plafonds sont froids ;

  • Infiltration d’air : vous ressentez un courant d’air à proximité des fenêtres et des portes ;

  • La chaleur émise par votre chauffage ne se répartit pas équitablement dans toutes les pièces

  • La hausse de frais de chauffage

  • Des moisissures commencent à apparaître sur les murs

  • Le gel et la neige fondent rapidement sur les toits (signe d’une mauvaise isolation d’entre-toit ou de comble)

La mauvaise isolation d’une maison est également sensible en été. Elle se traduit par :

  • La permanence d’un air trop chaud à l’intérieur du bâtiment

  • L’inefficacité du climatiseur

  • La hausse des frais de climatisation

  • La mauvaise isolation phonique : vous entendez beaucoup les bruits de l’extérieur

  • L’apparition de moisissure au sous-sol

Faites attention : l’absence de ses signes ne veut pas dire que votre maison n’a pas de problèmes d’isolation. En effet, la meilleure façon de savoir si une maison est bien isolée, c’ est d’avoir recours à un bilan thermique ou à un Diagnostic de Performance Énergétique (DPE). Celui-ci doit être réalisé par un professionnel. Il permet d’analyser chaque partie de la maison et de déceler les sources d’inconfort. C’est la solution la plus simple et la plus sûre de connaître les points forts et les points faibles de votre logement en matière d’isolation.

Les travaux à mettre en œuvre :

En fonction du résultat du diagnostic et du niveau de confort souhaité, divers travaux d’isolation sont envisageables. On peut isoler les murs, les toits, les combles, les portes, les fenêtres (calfeutrage), les sols et les planchers.

Quelles aides disponibles pour vos travaux d’isolation ?

En réalisant des travaux d’isolation, vous pouvez avoir droit à diverses aides accordées par l’État : Crédit d’Impôt Transition Énergétique (CITE), Éco-PTZ (l’éco prêt à taux zéro), TVA à coût réduit et les aides de l’ANAH (Aide Nationale de l’Habitat).

Le montant des aides dépend du type de travaux réalisés, de leur nature, de la zone géographique et des caractéristiques des installations.

ParSylvie Gamel

Laquelle choisir entre la fenêtre en PVC et celle en alu ?

La construction de votre nouvelle maison touche à sa fin. Tous les travaux de gros œuvres sont achevés. Il va maintenant falloir entamer les travaux de menuiserie intérieure et extérieure tels que la pose de fenêtres et de portes. Pour le choix de matériau de vos fenêtres, vous hésitez entre le PVC et l’alu ? Chacun de ses matériaux a ses avantages et ses inconvénients que nous allons vous expliquer afin de rendre votre choix plus facile.

Au niveau de l’isolation thermique

– Le PVC constitue un matériau naturellement isolant. En fait, il est aussi isolant que le bois. Moderne et innovant, il répond aux réglementations thermiques du bâtiment en termes de confort et d’isolation. D’ailleurs, ce matériau présente une grande étanchéité et durabilité.

Le saviez-vous qu’une fenêtre en PVC, équipée d’un triple vitrage permet d’obtenir le label PASSIV’HAUSS (maisons passives) ? Si vous souhaitez bénéficier d’un crédit d’impôt et des aides diverses, les fenêtres en PVC double vitrage sont le choix par excellence. Vous pouvez en trouver de nombreux modèles chez AMCR en Alsace.

En termes d’isolation phonique, le PVC prend l’avantage sur l’aluminium. Entre 2 fenêtres en PVC et en alu, ayant les mêmes dimensions et équipées d’un double vitrage, il a une différence de 1 dB (niveau sonore). Cependant, le PVC n’est pas adapté pour les fenêtres de grande taille comme les baies vitrées.

– L’aluminium, quant à lui, c’est un matériau naturellement conducteur (conduit la chaleur et le froid). Il est même proche du cuivre. Pendant longtemps, les fenêtres en alu ne séduisent pas les propriétaires à cause de son manque de performance thermique. Cependant, elles sont désormais équipées d’un système de rupture de pont thermique. Cela pour éviter le ruissellement et la condensation de l’eau.

Côté esthétique

– Le point négatif du PVC se trouve au niveau de son aspect esthétique. Avec sa couleur unique (blanche, voire gris clair), il n’est pas adapté aux couleurs très foncées. Il est difficile à combiner à un revêtement structuré. Mais il existe désormais le plaxage, ce qui permet aux fabricants de donner aux fenêtres en PVC un aspect moins classique en posant un film de couleur. Grâce au plaxage, le PVC peut imiter l’aspect du bois (la couleur et la structure du veinage). Attention, le PVC teinté peut se blanchir très rapidement. À éviter donc pour les grandes baies vitrées exposées au soleil.

– Contrairement au PVC, l’aluminium offre diverses possibilités de couleurs, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur. Pour l’alu, toutes les teintes du nuancier RAL sont possibles. Les montants très fins de ce matériau donnent une touche résolument contemporaine à vos fenêtres. De plus, l’aluminium permet de créer des ouvertures de grande dimension et de grande surface vitrée (verrière, baie vitrée…). C’est pourquoi il reste le matériau très prisé des architectes.

Entretien

– Outre la performance thermique, la facilité d’entretien fait partie des principaux avantages d’une fenêtre en PVC. Étant un matériau vulnérable, le PVC ne nécessite pas un entretien poussé. Le passage régulier d’une éponge humide ou d’un chiffon suffira pour le nettoyage. Pour le bon fonctionnement de ses mécanismes, il ne faut pas négliger l’entretien des joints et des ailes de fixation.

– L’aluminium est un matériau robuste. Qui dit robuste, pas d’entretien particulier. Appliquer un traitement régulier sur une fenêtre en alu n’est pas nécessaire, car elle ne se rouille pas. Tout comme les fenêtres en PVC, un simple nettoyage à l’aide d’une éponge savonneuse suffira pour faire briller les fenêtres en alu.

Prix

Les prix varient en fonction des différentes options et des qualités recherchées. Mais, en général, les fenêtres en alu sont un peu plus chères que les autres. Par contre, le PVC offre un meilleur rapport qualité-prix.