Injection des ouvrages en béton ?

L’injection est l’une des techniques de réparation de béton les plus prisées. Elle consiste à faire pénétrer dans un milieu plus ou moins perméable un matériau pompable appelé coulis d’injection. En effet, l’injection, a pour but d’améliorer la résistance mécanique et l’imperméabilité de la surface traitée. Elle peut ainsi être utilisée pour remédier à plusieurs problèmes, notamment les fissures.

Coulis d’injection

Les coulis d’injection sont généralement classés en deux catégories principales :

– les suspensions instables (ciment + eau) et stables (ciment + argile + eau + adjuvant).

– les liquides pures (résines), colloïdales (gels) et émulsions

Réparation des fissures par injection

Pour réparer les fissures sur des surfaces en béton, il existe deux méthodes d’injection : l’injection à basse pression et l’injection à haute pression.

– L’injection à haute pression : cette méthode consiste à pénétrer un liquide, à une très grande pression, dans une fissure très étroite (moins de 1/32 po ou 0,75cm).

– L’injection à basse pression consiste à injecter un liquide, à une très faible pression dans une fissure plus de 1/16 po ou de 1,5mm. En général, les équipements indispensables pour ce type d’injection sont : pistolet à calfeutrer, pistolet à double cartouche et pulvérisateur à main.

Les éléments à prendre en compte

– Choix de la technique d’injection

Les fissures peuvent être classées comme suit : accessibles et inaccessibles, visibles et cachées, humides et sèches, ouvertes et fermées. Le choix de la technique d’injection dépend ainsi de ce classement.

– Choix des produits d’injection

Il existe plusieurs familles de produits : résines époxydes, polyuréthanes, méthacryliques ou coulis à base de ciment ultra-fins et additifs. Les professionnels de l’injection choisissent souvent les coulis selon les caractéristiques physico-chimiques suivants : viscosité, durée pratique d’utilisation, résistance à la température et vieillissement.

– Choix des équipements

Les travaux d’injection de béton nécessitent un matériel de préparation comme les malaxeurs dont les critères principaux sont les capacités et la vitesse de rotation.

Pour le matériel de mise en œuvre : pots à pression, pompes à piston (mono ou multi composants qui doivent être compatibles avec les coulis, les pressions et les débits à utiliser.

Important : pour l’utilisation de produits d’injection, il existe des conditions thermiques et hygrométriques à respecter. L’injection des fissures ne peut avoir lieu que si ces conditions sont respectées. De ce fait, il est nécessaire de mesurer la température de la surface à traiter, celle de l’atmosphère ainsi que l’hygrométrie de l’air avant et pendant l’injection.

Dans le cas des fissures actives (qui s’ouvrent et se renferment selon les conditions climatiques), il faut empêcher au maximum leurs variations d’ouverture pendant la polymérisation de la résine. Cependant, l’injection des fissures fermées impose le chargement de la structure afin d’ouvrir la fissure pour la rendre plus injectable.

Autres domaines d’application

Outre la réparation de fissures, on peut aussi utiliser l’injection pour :

– réduire la perméabilité des fondations des barrages

– prévenir l’érosion des sols de la fondation

– augmenter la résistance du sol sous les fondations

– assister la construction de tunnels et des mines

– remplir les joints de construction entre des masses de béton

– réparer les effets de la subsidence sous les structures

– bétonner dans des endroits difficiles d’accès

– remplir des ancrages dans le sol, la roche et le béton

– fixer les câbles de précontraintes

– remplir des cavités naturelles et artificielles

En résumé, la réparation des ouvrages par injection est une opération d’experts nécessitant de bonnes connaissances techniques et du matériel adéquat. L’entreprise SOTEM à Paris est une des meilleures références dans ce domaine. Elle peut intervenir sur des chantiers se trouvant à Paris, à Marseille, à Bordeaux et leurs alentours.