Quelques points importants sur la charpente traditionnelle

Dans le cadre d’une construction ou d’une rénovation, la charpente traditionnelle est une option intéressante. Avant de vous lancer dans sa pose, voici quelques points à considérer.

Les éléments constitutifs d’une charpente traditionnelle

Une charpente traditionnelle comprend plusieurs éléments :

– la ferme : elle se présente sous forme de triangle et se trouve perpendiculaire aux murs de soutien. Elle est composée d’un ou de plusieurs entraits, d’un poinçon, de contrefiches et d’arbalétriers. La distance entre les porteurs doit être comprise entre 8 et 12 m.

Vous disposez de nombreuses options : ferme latine, ferme à entrait retroussé, ferme sur blochet, ferme à la Palladio ou ferme à la Mansart. Le choix varie généralement en fonction du débord de toiture, du type de combles (aménageables ou perdus), de l’inclinaison du toit, du poids du toit et des plafonds.

– la panne : c’est l’élément qui relie les fermes entre elles. Elle existe en plusieurs variétés : la panne faîtière, la panne intermédiaire et la panne sablière. Si vous choisissez la première option, veillez à la poser horizontalement, en parallèle aux sablières et centrée sur les pignons.

– les chevrons : ils sont installés dans le sens de la pente et fixés sur les pannes.

– les liteaux : ils supportent la couverture et doivent avoir une dimension de 40 x 40 mm. Ils nécessitent trois appuis pour être bien solides.

– les voliges : elles supportent également la toiture et peuvent servir de support aux gouttières, aux panneaux photovoltaïques et aux pare-pluie divers. Elles disposent d’une épaisseur entre 12 et 34 mm et une largeur entre 10 et 30 cm. Leur mode de fixation dépend du type de support : chevrons, pannes ou profilés métalliques.

Les réglementations sur la charpente traditionnelle

Quelques règles régissent la mise en place d’une charpente traditionnelle. Il y a les documents techniques unifiés ou le DTU :

– le DTU 31.1 qui concerne la charpente et les escaliers en bois ;

-le DTU 31.2 qui touche la construction des maisons et bâtiments à ossature en bois ;

– le DTU règles CB 71 qui comprend les réglementations sur la conception et le calcul des charpentes en bois ;

– le DTU BF 88 : qui touche les charpentes en bois feu 88.

Les conditions d’aménagement des combles avec une charpente traditionnelle

Pour pouvoir aménager des combles avec une charpente traditionnelle, vous devez respecter certains points. Par exemple, la hauteur sous plafond doit être de 1,80 m au minimum. Le toit doit disposer d’une pente d’au moins 30 % et les éléments de la charpente ne doivent pas être encombrants.

L’isolation d’une charpente traditionnelle

Les techniques d’isolation d’une charpente traditionnelle dépend du type de combles : perdus ou aménageables. Pour les combles aménageables, utilisez des isolants en panneaux ou en rouleau à poser entre les chevrons. Privilégiez ceux qui comprennent une résistance thermique de 6 et plus. Pour obtenir une isolation plus performante, optez pour le sarking ou l’isolation par l’extérieur. Cependant, cette technique demande un investissement conséquent.

Pour les combles perdus, un calfeutrage avec des isolants en rouleau fera très bien l’affaire. Vous pouvez aussi installer des isolants en flocons. De cette façon, vous bénéficiez d’une protection enveloppante.

Pour profiter des avantages de ces techniques, choisissez bien votre entreprise de charpente à Le François. Parmi les nombreux professionnels à votre disposition, adressez-vous à RPTC. Cet établissement est reconnu pour son savoir-faire et sa réactivité. Il peut fournir ses services aussi bien aux particuliers qu’aux collectivités.

Pour répondre aux besoins de ses clients, il propose également d’autres prestations telles que la construction à ossature à bois, les travaux d’étanchéité, l’installation de cloisons et la pose de tôles.