ET POURQUOI PAS LE TOIT DE CHAUME !

Projetez-vous de construire votre propre maison, et êtes-vous plutôt du style champêtre et traditionnel ? Vous savez ce qu’il vous faut, mais vous hésitez un peu. Vous dites non à la maison Louis Carré, non à la Farnsworth house, encore non à la Singleton house, et « euh… la chaumière ce n’est pas un peu de trop quand même ? » NON, venez voir pourquoi !

Un design singulier et unique

Qui ne voudrait pas être spécial en ce bas monde ? On fait tellement d’efforts à se différencier par notre apparence physique, notre philosophie, nos fréquentations, et pourquoi ne pas donner du caractère à notre style architectural ? La chaumière est évidemment la réponse à vos goûts pittoresques.

Une maison à toit de chaume est juste très cosy à voir, et se fend merveilleusement dans la nature. Elle a un côté rustique et conte de fées qui nous fait directement penser à la maison des fées-marraines de la belle au bois dormant. Enfin, du point de vue de la mode, le style est peut-être très ancien, mais il est à l’aube de son come-back, même dans les régions urbanisées.

Un concept écologique

L’idée de construire une chaumière est donc tout à fait dans l’air du temps. Non pas seulement par la tendance, mais parce qu’elle répond parfaitement aux exigences des courants écologistes. D’après de récentes découvertes, la toiture en chaume présente de nombreux avantages à l’environnement.

Premièrement, la matière végétale est avant tout naturelle et biodégradable. Puis, à la différence des autres types de maison, le chaume est un véritable isolant thermique, qui conserve la chaleur en hiver, et la fraîcheur en été. Mais en plus, vous n’aurez plus à dépenser de l’argent pour la ventilation, car le chaume renouvelle naturellement l’air de votre maison. Ensuite, la paille a l’air bien légère, mais quand il s’agit d’un toit de paille, le gel ne vous atteindra jamais, et encore moins les bruits assourdissants de la pluie, lors des orages.

Dites-vous qu’en optant pour la chaumière, vous dépensez moins, et vous participez directement aux efforts de la société pour préserver l’environnement.

Quel type de maison pour une toiture en chaume ?

Déjà avant de vous poser la question, il faut effectuer toutes les démarches administratives, et vérifier si le plan d’urbanisme de votre commune vous permet de construire une chaumière. Une fois la problématique résolue, vous devez savoir quelle forme doit prendre votre future habitation pour que sa toiture puisse être en chaume.

Le chaume est très léger et ne nécessite pas une charpente très robuste. De plus, il serait préférable de prendre directement contact avec un artisan pour valider votre plan architectural. Il est également bon à savoir que la pente de toiture d’une chaumière est très inclinée, soit plus de 30°.

Chaume ouvert traditionnel ou chaume à construction fermée

Le chaume ouvert est la technique traditionnelle, qui utilise uniquement la paille ou le roseau comme matériau. La matière est directement posée en couche sur la charpente, et est visible depuis l’intérieur de la maison. Elle procure une ambiance chaleureuse à votre habitation, et permet une meilleure ventilation. Cependant, la toiture va laisser passer des courants d’air, et quelques poussières. S’ajoutant à cela, le système ouvert est réputé pour le risque élevé d’exposition à l’incendie.

Il est en effet plus sûr de s’intéresser à la construction fermée, qui consiste à isoler la paille du reste de la maison. C’est-à-dire, que le chaume est attaché à une base solide fixée sur la charpente. Cette technique rend l’isolation plus efficace et prévient les risques d’incendie.

Et les idées reçues alors ?

Comme tout autre type de toiture, le chaume présente sûrement des points négatifs. Mais bien sûr des points qui ne sont pas pour autant irrémédiables.

Le toit de chaume rend difficile l’installation de fenêtres ou de portes, ainsi que de la cheminée, qui exige certaines particularités anti-chauffe. Il est bien évidemment vrai que ce type de toiture est très vulnérable aux champignons et certaines bactéries, qui peuvent diminuer sa durée de vie – qui est normalement plus de 30 ans. Mais un entretien régulier est indispensable pour la perpétuer dans le temps. Ce qui engendre un coût beaucoup plus élevé par rapport aux autres types de toit.