Inspection de canalisation par caméra : comment s’y prendre ?

Une canalisation bouchée peut créer autant de dégâts qu’une inondation. Il est important de pouvoir y jeter un coup d’œil de temps à autre. Pour rappel, la canalisation est l’ensemble des conduits qui permettent d’évacuer les eaux usées. Son inspection se fait grâce à plusieurs moyens. Dans cet article, il sera question de l’inspection de canalisation par caméra. Alors comment pouvez-vous mettre cette méthode en pratique ? Avant cela, vous aurez un aperçu de l’utilité de cette méthode.

Inspection de canalisation par caméra : pourquoi ?

L’inspection de canalisation par caméra consiste à glisser une caméra dans le système de conduits d’eau. Le but de cette opération est de vérifier l’état de la canalisation. Cette méthode peut être appliquée par vous-même ou un prestataire débouchage canalisation. Plusieurs objectifs peuvent être visés. En premier, grâce à l’inspection par caméra, il est possible de vite repérer les fissures, les branchements écrasés ou cassés.

Elle sert à la vérification de situations anormales dans les conduits (racines, gros objets). Dans la plupart des cas, cela débouche sur une obstruction des canaux d’évacuation. En outre, les entreprises peuvent implémenter cette technique pour un retraçage de réseau. Cette option intervient surtout dans les cas d’élaboration de carte de canalisation.

Comment faire une inspection de canalisation par caméra ?

Vous devez savoir que cette stratégie est assez délicate. Pour l’exécuter sans faille, vous devrez suivre plusieurs étapes.

La cure du réseau

La première étape consiste à dégager le passage pour que la caméra puisse passer. La cure se fait avec de l’hydrogène. Ce qui lui vaut l’appellation d’hydrocurage des canalisations. Hormis l’ouverture obtenue, vous aurez aussi une meilleure visibilité. Cela signifie que les déchets sommaires auront tous été refoulés.

L’introduction de la caméra

Pour faire ce travail, deux types de caméras sont adéquats. Il s’agit de la caméra radiale et celle à « charriot ». La caméra radiale s’utilise grâce à des poussées de la main. Cela veut dire qu’elle est de petites tailles. Quant au second type de caméra, elle est autotractée. Elle s’insère dans la canalisation par grandes poussées.

Lors de cette deuxième étape, vous devrez faire entrer la caméra dans les canalisations. Pour le faire, vous choisirez une entrée puis vous y mettrez la caméra. En fonction du type de caméra que vous possédez, vous explorerez le réseau lentement ou rapidement.

L’inspection proprement dite

La personne se trouvant aux commandes de la caméra aura un retour sur un écran. Il pourra ainsi voir tout ce qui se trouve à l’intérieur du réseau de canalisation. Cette tâche est assez fastidieuse pour les détenteurs de la caméra radiale. Son guidage se fait à la main, nécessitant ainsi une certaine adresse de la part du technicien.

Cependant, lorsqu’il s’agit de la caméra autotractée, le travail est plus aisé. La manipulation se fait depuis le camion. Doté d’un dispositif de contrôle, l’utilisateur de la caméra pourra facilement faire son exploration.

Élaboration d’un rapport d’inspection

Pendant l’inspection, vous devez rédiger un rapport mentionnant tout ce que vous avez vu. Pour vous faciliter la tâche, chaque passage de la caméra doit être suivi d’annotation. Ce qui signifie que tous les détails et remarques observés seront immédiatement relevés dans votre rapport. Il est important de ne rien omettre.

Dans le cas où le travail serait fait par un, alors vous recevrez un rapport détaillé de tout ce qui se trouve dans le réseau de votre canalisation. Toutefois, ce ne sont pas toutes les inspections qui nécessitent un rapport. Une situation de débouchage impliquant une caméra radiale n’aura pas de rapport. Il en est de même pour une visualisation rapide des canalisations.

En somme, l’inspection de canalisation par caméra se fait en 4 phases. Chaque partie du processus est primordiale pour sa réussite.