Tout savoir sur le fonctionnement d’un BRH

Un brise-roche est un engin multifonction que l’on utilise dans le secteur du bâtiment, afin de briser, détruire, démolir ou casser des éléments extrêmement durs, telles que des roches ou tout type de structure résistante comme le béton.

C’est un outil professionnel très important lors des travaux de démolition d’une structure existante, ou de construction de fondations d’un bâtiment.

Nous allons voir dans cet article ce qu’est un brise-roche hydraulique (BRH), comment fonctionne-t-il, et comment choisir le modèle approprié à l’engin porteur.

Brève définition d’un brise-roche hydraulique

Le brise-roche hydraulique, également appelé marteau hydraulique, est un outil de démolition à grande échelle. Il est souvent accroché à l’extrémité du bras articulé d’un engin porteur spécifique, telle qu’une pelleteuse, une tractopelle ou une mini-pelle.

De par sa fonction, il est dédié à l’abattage minier ou à l’abattage de tout obstacle dur (roches et bétons dans le BTP), par la pression d’huile transmise par l’engin porteur afin d’actionner le brise-roche hydraulique.

Dans l’abattage minier, il sert principalement à extraire et à casser les roches de la mine, tandis que dans le domaine du BTP, il sert à la démolition ou à la reconstruction du bâtiment.

Fonctionnement du BRH

Comme précédemment mentionné, le fonctionnement du brise-roche hydraulique repose surtout sur sa compatibilité avec son engin porteur.

L’énergie utilisée pour chaque coup du marteau hydraulique est tirée à partir du circuit hydraulique secondaire de son engin porteur.

En effet, c’est le circuit hydraulique de l’engin porteur qui fournit de l’huile sous pression au marteau hydraulique, afin de permettre l’élévation de son piston.

Par la suite, un clapet situé au niveau de l’accumulateur relâche l’huile, permettant la descente à grande vitesse du piston qui va créer sa force de frappe. L’intensité de ces mouvements permet au BRH de briser sans difficultés tous les obstacles encombrants, ainsi que les éléments durs. Toutefois certains modèles de brise-roche n’étant pas équipés d’un accumulateur sont dotés d’un amortisseur d’azote à la place.

Mais peu importe le modèle et la taille du BRH, leur fonctionnement reste toujours le même. Par contre, le système de l’amortisseur d’azote permet de limiter les vibrations produites par le recul du piston, évitant ainsi d’exposer l’engin porteur et son opérateur aux différents chocs. De ce fait, toute l’énergie sera emmagasinée afin de servir à la frappe suivante du piston.

A cause de tous ces différents manœuvres, il est important de veiller à la puissance de l’engin porteur, et de bien choisir le modèle adéquat en fonction de la dureté de l’élément à briser.

Choisir un brise-roche hydraulique adapté à son engin porteur

Pour le bon fonctionnement du BRH, et pour un meilleur résultat, il est essentiel que le marteau hydraulique soit compatible avec son véhicule porteur.

De ce fait, plusieurs paramètres sont à tenir compte lors de l’achat d’un brise-roche hydraulique auprès des entreprises spécialisées, telle que l’entreprise Rock Demolition.

Ces paramètres doivent en effet tenir compte du poids du BRH, du tonnage de l’engin porteur, du débit hydraulique, ainsi que de la pression d’huile produite et du diamètre des conduits.

En général, on peut distinguer trois principaux types de brise-roches hydrauliques :

  • Le BRH de la gamme mini ou brise-roche léger : conçu et dédié spécialement pour équiper les engins de petite taille, afin d’effectuer des petits travaux de démolition ou de creusement, avec des mini-pelles de 0,8 à 9 tonnes.
  • Le BRH de la gamme moyenne ou brise-roche classique : conçu pour équiper les engins de moyenne taille, et souvent le plus utilisé dans les chantiers de construction en bâtiment. Il s’agit notamment de pelles hydrauliques de plus de 10 tonnes.
  • Le BRH de la gamme large ou grand brise-roche : conçu et adapté pour équiper les pelles hydrauliques de plus de 25 tonnes. Il est utilisé dans la démolition ou la déconstruction de grandes structures (exploitation de carrières, construction de tunnels, excavation de fondations, creusement de galeries souterraines et routières…).